Strasbourg : l’ENA dans une ancienne maison de correction

Le blog de Philippe Poisson a offert de précieuses contributions sur l’originale reconversion de la maison de correction Sainte-Marguerite, au coeur de Strasbourg. Nous apportons quelques références sur le passé de ce site.

En 1837, le rapport au roi du Comte de Gasparin, ministre de l’Intérieur, sur les prisons du royaume offrait des éléments statistiques sur cet établissement : 200 détenus dont 31 prisonniers pour dettes envers l’Etat, dont six femmes, 134 condamnés correctionnels à moins d’une année d’emprisonnement dont 30 femmes, 11 condamnés correctionnels à plus d’une année, 16 garçons mineurs de moins de seize ans et 8 mineures.

P. J. Fargès-Méricourt offrit en 1840 une description de la Rapelshaus dans sa Description de la ville de Strasbourg. Il y vantait la salubrité de cette maison de correction et la séparation des différentes catégories de détenus en quartiers. Il signalait la présence de condamnés à la réclusion et aux travaux forcés en attente de leur transfert vers les maisons centrales et les bagnes. Deux salles équipées de lits de camp avec des sacs contenant de la  paille, renouvelée tous les quinze jours, et des couvertures, les hébergeaient. Les détenus pour dettes disposaient de neuf chambres à l’écart des autres prisonniers. Les détenus correctionnels de sexe masculin étaient séparés des femmes et des mineurs.  Strasbourg fut l’une des premières villes de France à disposer de quartiers de mineurs, dès 1824, avant Rouen en 1826.C’était l’application des principes des philanthropes de la Société royale pour l’amélioration des prisons de la Restauration. Des quartiers, des préaux séparés, des cours plantées de platanes, des pompes apportant de l’eau potable, deux infirmeries, une chapelle, un maître d’école pour les mineurs, des ateliers de travail devaient permettre la moralisation.

De nouveaux documents sont disponibles qui illustrent l’évolution du site : des plans et gravures du XIXe siècle, les photographies du studio Henri Manuel réalisées aux débuts des années trente et conservées par la médiathèque Tarde de l’Ecole nationale de l’administration pénitentiaire à Agen, des photographies contemporaines de l’école ( l’ENA) dans les anciens locaux de la prison.

Détenue au travail dans sa cellule ( chaise-paille).Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

Quartier des femmes. Atelier de chaises-paille surveillé par une religieuse.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.
Quartier des femmes. Atelier de couture surveillé par une religieuse.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.
Quartier des femmes. Atelier de couture, de ravaudage. Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

 

Quartier des femmes. Dortoir surveillé par une religieuse.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.
La chapelle de la maison de correction Sainte-Marguerite.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

Atelier de cordages.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP..

Un surveillant dans la prison Sainte-Marguerite.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

Les détenus condamnés au travail forcé dans l’atelier d’imprimerie de la prison Sainte-Marguerite.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP..

Les parloirs du quartier des hommes dans la prison Sainte-Marguerite. Les surveillants cheminaient entre les visiteurs et les condamnés.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.
Atelier de menuiserie.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

Dortoirs. Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.
Promenade de détenus. Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

Promenade de détenus.Studio Henri Manuel. 1930. Bibliothèque numérique de l’ENAP.

Plan de la maison de correction vers 1860-1870

 

Photographies de J-C Vimont