Un geôlier en prison

Sentence rendue par la justice criminelle d’Hesdin contre Jean Blin le 2 décembre 1597

Le document reproduit ci-dessous a été trouvé dans les archives communales déposées d’Hesdin. Il s’agit d’une sentence rendue le 2 décembre 1597 par les échevins de cette ville contre Jean Blin, geôlier des prisons, condamné à une amende de 12 livres pour avoir, par négligence, laissé évader trois prisonniers. Les autres pièces du dossier permettent de préciser les circonstances de cette évasion ; elles nous fournissent également quelques renseignements précieux sur l’organisation des prisons à cette époque.

Commis “cheppier” (geôlier) des prisons d’Hesdin le 13 février 1597 pour une durée de trois ans, Jean Blin, dans sa déposition, nous apprend qu’à cette date lesdictes prisons estoient pestifférées et n’y avoit aucunes personnes que y vaulsissent entrer, pour la doubte de l’infection, ce que faisant il s’est mis en grand dangier de sa personne et feit son entrée èsdictes prisons trois jours après la mort de deffunctz Jehan Delaforge et sa femme, aux jours de leurs trespas chepiers, décédés de la contagion. Il était chargé d’entretenir les prisonniers à ses frais, sauf les prisonniers de guerre, et de les surveiller ; de plus, il devait payer à la ville un loyer annuel de 50 florins pour la maison qu’il occupait en raison de ses fonctions…

Pour en savoir plus lire le billet publié par Jean-Marc Dissaux sur le site des Archives du Pas de Calais

__________________________________________________________________________________________________________________________________

Rappel : Lexique pénitentiaire : Extraits du document destiné aux élèves-surveillants pénitentiaires et aux élèves-officiers pénitentiaires issus du concours externe et interne, période 2000-2008, Marc Renneville et Philippe Poisson.

Le concierge dirige, sous l’Ancien régime, une prison ordinaire importante, à Paris ou dans une ville de Parlement (cour d’Appel).

Un gardien de la prison de la Force

Le terme de « gardien » est rarement utilisé sous l’Ancien régime. Il désigne, à partir de la Révolution, les hommes chargés d’assurer la discipline au sein des maisons d’arrêt et des maisons centrales. La discipline, mais pas la sécurité périphérique, confiée, jusqu’à la Première Guerre mondiale, à des militaires. Les «gardiens» ont été rebaptisés « surveillants » en 1919.

Dans les prisons d’Ancien Régime, s’activent porte-clés et guichetiers, ceux-ci étant chargés de la porte de l’établissement. Dans certaines prisons, il n’est question que de guichetiers, le terme recouvrant alors les deux catégories d’agents.

Pour en savoir plus sur :

https://criminocorpus.hypotheses.org/23476