Un appel d’historiens et d’architectes :  » Les prisons font aussi partie de notre patrimoine »

L’école cellulaire de la prison de Mazas à Paris peut illustrer l’engouement des élites de la monarchie de Juillet pour une politique de rigueur punitive et les débats qui agitèrent ce régime sur la Réforme des prisons. Les politiques pénales s’illustrèrent par des plans, des aménagements, des constructions de prisons. Aux débuts des années 70, quelques historiens et le philosophe Michel Foucault protestèrent contre la destruction de la prison de la Petite-Roquette à Paris, si symbolique des utopies carcérales qui agitèrent les années 1830-1848. Les historiens de 2014 lancent un nouvel appel pour la préservation d’un patrimoine qui « fait question » : le patrimoine carcéral.

Dans Libération du 18 septembre 2014, plusieurs historiens ont signé un appel qui se conclut ainsi : « Considérons-nous que la privation de liberté doit aussi être une exclusion de l’histoire ? Nous, chercheurs, historiens, mais aussi acteurs du monde pénitentiaire nous appelons les pouvoirs publics, à l’occasion du bicentenaire de la création de la prison de Fontevraud (1814), à engager un vaste travail interministériel sur cette mémoire, ses lieux, ses traces. Nous ne prétendons pas apporter une réponse, nous souhaitons que collectivement la question soit posée. »

Les signataires : Philippe Artières, directeur de recherches au CNRS (EHESS), Dominique Kalifa, professeur d’Histoire à l’Université de Paris 1 Xavier Kawa-Topor, Abbaye de Fontevraud David Niget, maître de conférence en histoire à l’Université d’Angers Michelle Perrot, historienne Pierre Pinon, professeur honoraire à l’Ecole nationale supérieure d’architecture de Paris-Belleville, Marc Renneville directeur de recherche au CNRS et responsable du site Criminocorpus Jean-Claude Vimont, maître de conférence en histoire à l’Université de Rouen, membre de la rédaction de Criminocorpus et animateur de la rubrique « patrimoine carcéral » sur ce blog. mazas


Vous aimerez aussi...