Ecrouves, un centre d’apprentissage dans une prison emblématique de la « Réforme pénitentiaire »

Aux lendemains de la Libération, l’Administration pénitentiaire diversifia les modes d’exécution des peines et imagina des établissements adaptés aux profils des détenus : prison pour les tuberculeux à Liancourt, prison-ouverte de Casabianda, prison pour les détenus souffrant de troubles psychiatriques à Château-Thierry, maisons centrales réformées, centres et prisons de relégués multirécidivistes. Pour les jeunes détenus adultes, elle créa des prisons-écoles qui s’efforçaient de les préparer à des CAP (certificats d’aptitude professionnelle). Elle inaugura également à Ecrouves, en Meurthe-et-Moselle, un centre d’apprentissage pour les adultes de 25 à 35 ans et comportant environ trois cents places. Dans le rapport de Charles Germain, directeur de l’Administration pénitentiaire pour l’année 1951, il était précisé que les détenus étaient présentés aux épreuves de la FPA (formation professionnelle pour adultes) et au certificat d’études primaires. Ils étaient répartis dans des ateliers d’ajustage, de chaudronnerie, de charpente-bois, de maçonnerie et ils étaient encadrés par des instructeurs techniques, des éducateurs et des assistantes sociales, aux côtés du personnel pénitentiaire. Michel Fize a parlé d’un âge d’or de la formation professionnelle des détenus entre 1945 et 1955, ce qui correspond à la mise en place des premiers chantiers de la réforme Amor. Les détenus affectés à Ecrouves avaient été sélectionnés lors de leur passage au Centre national d’orientation de Fresnes, autre rouage majeur de la Réforme. L’heure était à la « détention éducative », mais cela ne concernait qu’une minorité de détenus, une élite pourrait-on dire, dont les capacités techniques allaient être mises à contribution lors de la reconstruction du parc carcéral. Ecrouves fut certainement l’un des fleurons de la « Réforme pénitentiaire », mais cet établissement, aujourd’hui centre de détention, est moins connu que les prisons-écoles d’Oermingen de de Loos-lès-Lille.

Photographies d’une agence de presse.

Visite de la prison d’Ecrouves aux débuts du septennat de Valery Giscard d’Estaing

 par Hélène Dorlhac de Borne, secrétaire d’Etat à la condition pénitentiaire ( juin 1974-Août 1976)


Vous aimerez aussi...