Exposition Crimes et châtiments au Musée historique de Lausanne (26 septembre 2014- 2 février 2015)

Les bâtiments du musée de la ville abritaient autrefois la prison du district de l’évêché et le tribunal cantonal. Certaines cellules servirent de prison militaire jusqu’en 1927. L’exposition présente l’évolution des transgressions de normes sociales et morales, faisant d’une infraction un délit ou un crime selon les époques. Elle se penche aussi sur l’évolution des instruments et méthodes de répression. Le site de la ville de Lausanne précise que la ville a vu naître en 1909 la première école de police scientifique au monde. Des affiches de la cinémathèque ont été mobilisées pour présenter les transgressions et leurs répressions. Entre autres, la reproduction de l’affiche de la sortie française du film de Fritz Lang M le Maudit en 1931.

mhlf4_0813P1070364

     L’exposition présente les théories criminologiques qui eurent leur heure de gloire au XIXe siècle grâce à de belles    pièces provenant de collections italiennes et des ouvrages vulgarisant ces théories. En 1841, on présentait encore la théorie de Lavater, la physiognomonie, l’art de connaître les hommes dans leurs rapports avec les animaux. L’exposition présente un ouvrage de H. Bacharach et des planches .

P1070405

La phrénologie est illustrée par une topographie des facultés de Gall, un crâne avec les localisations, un bel ouvrage de Fossati. Ces documents précieux proviennent du musée d’anthropologie criminelle Cesare Lombroso de Turin.

P1070390P1070391 P1070392 P1070394

P1070399 P1070406

Lorenzo Tenchini, professeur d’anatomie, fabriqua à la fin du XIXe siècle des masques mortuaires de prisonniers morts en détention. Il a étiqueté les criminels de sa « galerie ». Celui qui figure ci-dessous était un « corrupteur ».

P1070397

Il a offert une partie de ses moulages à Lombroso dont un portrait figure dans l’exposition.

Portrait de Lombroso

Portrait de Lombroso

L’histoire de l’identification des criminels occupe une place notable dans l’exposition puisque l’institut de police scientifique de Lausanne a depuis longtemps une réputation mondiale. Un instrument pour marquer au fer rouge les voleurs et meurtriers est présenté, de même que tous les instruments du bertillonnage (chaise pour les photographies anthropométriques, pieds à coulisse…). La fiche de Mussolini, alors maçon à Lausanne, est également offerte.

P1070389P1070386P1070381

Si l’on reprend l’expression de l’historien suisse Michel Porret, la « matérialité de la justice » s’exprime dans les instruments entravant la liberté, assurant la sûreté. Des cabriolets, des menottes, des poucettes, des entraves de chevilles, des carcans, un étrange boulet carré ornent l’un des murs de l’exposition. Le patrimoine mobilier de la prison est donc présent, aux côtés de la reconstitution du couloir d’un établissement carcéral, d’une cellule et des objets fabriqués par les détenus pour s’en échapper.

P1070365 P1070366 P1070367 P1070368 P1070370

 

 


Vous aimerez aussi...