Description d’une prison – construction, fonctionnement, signification (Lausanne, 16-17 octobre 2014)

Jeudi 16 octobre 2014, de 13h30 à 18h00, Amphipole

Vendredi 17 octobre 2014, de 9h00 à 16h00, Amphipole
Depuis l’Acte de Médiation de 1803, la politique pénitentiaire, la gestion des établissements de privation de liberté et l’exécution des peines sont de la compétence des cantons. De ce fait, on dispose en Suisse d’une connaissance très lacunaire du nombre des établissements pénitentiaires et du nombre de places de détention. Le changement du fonctionnement des prisons est encore moins bien connu. Finalement, l’analyse de la place, fonction et signification de la privation de liberté n’en est encore qu’à ses débuts.Dans le cadre de l’enseignement de l’histoire quantitative de la privation de liberté en Suisse, une activité d’expérimentation pédagogique universitaire, soutenue par le Fonds d’innovation pédagogique de l’Université de Lausanne, a permis d’améliorer l’inventaire des prisons du canton de Vaud. Par ailleurs, un travail de description d’un certain nombre d’établissements a été entrepris dans ce cadre, parallèlement à l’analyse du système pénitentiaire du canton.L’objectif de cet atelier scientifique réparti sur deux journées, organisé par l’Institut de criminologie et de droit pénal de l’UNIL et placé sous le patronage du service pénitentiaire du canton de Vaud, est un échange sur les modèles d’inventaire des prisons et les modes de description les plus appropriés des établissements de privation de liberté. Il s’agit non seulement de s’interroger sur les modèles descriptifs et les dimensions pertinentes de description des lieux d’enfermement, mais de comparer les résultats de ce travail avec ceux réalisés dans d’autres pays avec des optiques parfois fort différentes. L’atelier scientifique est organisé par Daniel Fink, chargé de cours à l’ICDP, et Christophe Vuillemier, historien.

Public

L’atelier s’adresse aux criminologues, historiens, membres des services pénitentiaires cantonaux et aux personnels travaillant dans les établissements pénitentiaires et dans la probation, ainsi qu’à toutes les personnes intéressées par le monde carcéral, son évolution dans le canton de Vaud ou par les questions de description.

Programme Atelier FIP 2014.pdf  (270 Ko)

 Resumés_conférences_Description_prison.pf  (1854 Ko)

Programme détaillé et résumés des conférences

Jeudi, 16 octobre 2014

13h00-13h30 Accueil

Présidence :

13h30

Résumé

13h40

Inscription

Marcelo Aebi, professeur, vice-directeur de l’Ecole des sciences criminelles, Université de Lausanne

La prison est un thème à au moins trois entrées : c’est un sujet d’actualité, un objet d’étude historique et un domaine de recherche en criminologie. En travaillant sur les prisons en Suisse, l’Institut de criminologie et de droit pénal (ICDP) et les enseignants qui ont été en charge du cours Crime, justice et prison en Suisse ont souhaité répondre aux trois préoccupations – l’actualité, l’histoire et la criminologie. Et en organisant cet atelier qui est soutenu par le Fonds d’innovation pédagogique que nous remercions pour son soutien, l’ICDP souhaite présenter le travail accompli par les enseignants tout comme celui réalisé par les étudiantes et étudiants afin de confronter les approches avec les travaux de recherche qui se font ailleurs en Suisse et dans d’autres pays. Nous sommes heureux que des collègues de Belgique, de France, d’Espagne et d’Italie aient pu se joindre aux collègues suisses pour débattre sur le sujet de la description d’une prison qui doit être comprise dans sa triple dimension : construction, fonctionnement et signification, dimensions sur lesquelles le débat devra porter.

Conférence d’ouverture

Sylvie Bula, cheffe du Service pénitentiaire du canton de Vaud

Modèles de description des prisons et modèles pénitentiaires – le regard de l’historien belge
Xavier Rousseaux, professeur, Université de Louvain-la-Neuve, Belgique

La prison n’est née ni par hasard, ni d’un seul coup de crayon. Elle s’enracine dans les traditions punitives millénaires de l’Occident. Entre 1500 et 1800, diverses expériences et formes d’enfermement donneront progressivement naissance à l’idée de l’enfermement comme mesure pénale spécifique. Mais c’est à partir du 19e siècle que la prison s’est inscrite dans le paysage des villes et des campagnes occidentales comme un édifice fonctionnel, représentatif du monopole du droit de punir, revendiqué par l’Etat. La Belgique représente un cas d’école intéressant. C’est un pays qui nait avec le 19e siècle (1830), doté d’une constitution libérale et de nouvelles élites, dégagées des pesanteurs de l’ancien régime. A l’initiative d’Edouard Ducpétiaux, ancien détenu politique, théoricien de la peine et premier inspecteur des prisons du Royaume, se met en place une réforme pénale d’envergure, centrée autour du modèle de la prison cellulaire. A partir de l’histoire de la construction, de la crise et de la conservation de la prison dans le cas belge, la seconde partie de la communication proposera une approche culturelle et matérielle de la place de la prison dans la société et l’imaginaire punitif de nos contemporains.

Les prisons de Champ-Dollon et du Bois-Mermet – le récit historique

Christophe Vuillemier, historien indépendant, Genève

La prison du Bois-Mermet, créée en 1905, a un peu plus d’un siècle. Rares sont les établissements pénitentiaires possédant une histoire aussi longue et aussi riche. Cette institution aura traversé deux conflits mondiaux, connu la guerre froide, abrité un nombre particulièrement important de petits et grands criminels. Et toujours, avec ses murs si caractéristiques, elle aura impressionné le passant et laissé dans la mémoire collective lausannoise une trace indélébile. Cette prison est ainsi le témoignage de différentes époques et des évolutions qui se sont déroulées tant au niveau institutionnel que social. La prison de Champ-Dollon, inaugurée en 1977, s’inscrit, quant à elle, dans une autre conception de l’institution, du prisonnier et du personnel pénitentiaire. Septante ans séparent les deux établissements helvétiques ! Quels problèmes, quels avantages présentent ces deux prisons ?

14h30

L’émergence du concept de patrimoine carcéral en France

Jean-Claude Vimont, maître de conférences, Université de Rouen

Depuis 2006, une réflexion a été menée sur la notion de «patrimoine carcéral» au sein des enseignements de master de l’Université de Rouen. Les mutations contemporaines du parc carcéral français – abandons de prisons vétustes, construites au XIXe siècle et même auparavant, dans les centres-villes ; constructions d’établissements modernes dans les périphéries – ont posé la question de la pertinence des patrimonialisations, des conversions ou des destructions de prisons. Un blog « Patrimoine carcéral des régions françaises » et le site « Criminocorpus » ont entamé un inventaire descriptif des prisons françaises afin de mettre en valeur des critères de patrimonialisation (mémoire et histoire politiques, architectures et politiques pénitentiaires, vie quotidienne, sociabilités et témoignages de détenus, de personnels…) et des voies originales de conservation (musées, bibliothèques, hôtels…). Le premier aspect sera développé lors de la communication puisque, à la date de l’atelier, une visite virtuelle de la maison d’arrêt du Havre (détruite en 2010) sera en ligne sur le site Criminocorpus, avant celle de la prison parisienne de la Santé, qui aura été ouverte au public lors des journées annuelles du patrimoine.   www.patrimoinecarceral.blogspot.ch

16h00 Un pénitencier pour internement jamais construit et sa description

Urs Germann, historien, Université de Berne

Résumé Durant l’entre-deux-guerres, plusieurs cantons tentèrent de construire un établissement destiné à l’internement dans la plaine de la Linth, dans le canton de Zurich, en Suisse orientale. Malgré le fait que ce projet correspondait à un besoin et répondait aux exigences des autorités, le projet ne vit pas le jour. Dans le cadre de l’atelier, il reste à discuter comment un projet d’établissement pénitentiaire qui a échoué peut être décrit et contextualisé de manière adéquate. Comment peut-on évaluer l’aménagement et le régime de l’établissement projeté ainsi que son importance pour la politique criminelle de la Suisse de l’époque?

16h30 La prison dans la littérature suisse

Christa Baumberger, collaboratrice scientifique, Archives littéraires suisses, Berne

Résumé « Écrire en prison – décrire la prison » : la communication propose un bref tour d’horizon du thème de la prison dans la littérature suisse, menant de Friedrich Dürrenmatt à Max Frisch, de Emmy Hennings à Grisélidis Réal en passant par Friedrich Glauser et Mariella Mehr.
Historiquement, la cellule de prison était étroite, sommairement aménagée, équipée de barreaux ; même modernisée, c’est un monde fermé et inconnu de la plupart des gens. Les témoignages écrits ont donc une valeur toute particulière. Comment des auteurs suisses décrivent-ils la prison ?

La réclusion contraint à se confronter à soi-même et au monde, mais elle donne aussi l’occasion d’imaginer d’autres univers. Divers exemples tirés des Archives littéraires suisses montrent à quel point le régime pénitentiaire et la vie cellulaire ont stimulé la production littéraire. L’ensemble des textes portant sur la prison – à savoir des lettres, des cahiers de notes, des journaux intimes, des comptes rendus et des témoignages, des récits et des romans – invite à un déchiffrage biographique, sociologique ou historique, tout en traçant les contours d’une certaine esthétique de ’l’écriture pénitentiaire’ qui reste à analyser.

19h00 Visite de l’Exposition Crimes et Châtiments au Musée historique de Lausanne.

D. Fink, en coopération avec S. Ducommun-Vaucher et V. Robatti Mancini, a fait les recherches pour la réalisation d’un des modules de la partie Du boulet au bracelet, consacré aux lieux de détention dans le canton de Vaud.

Les bâtiments du Musée abritaient l’ancienne prison de district de l’Evêché et le siège du tribunal cantonal jusqu’en 1901. Certaines cellules étaient utilisées comme prison militaire jusqu’en 1927.

La visite sera suivie d’un apéritif offert par la Ville de Lausanne.

Dès 8h30 Présidence : 9h00

Résumé

Accueil

Christophe Vuillemier, historien indépendant, Genève

La description des prisons du canton de Vaud – une expérimentation pédagogique
Steve Ducommun-Vaucher, chargé de projet FIP, Université de Lausanne

Dans le cadre du cours Crime, justice et prison en Suisse proposé à l’Université de Lausanne, une expérimentation pédagogique a été réalisée durant le semestre de printemps 2014. Soutenu par le Fonds d’innovation pédagogique (FIP) de l’UNIL, le projet portait sur l’inventaire des prisons du canton de Vaud entre 1800 et nos jours et visait à renforcer l’interactivité dans le cours, à favoriser l’activité de recherche et à développer les compétences de présentation. Le travail des étudiants portait sur deux activités : la présentation d’un texte de référence et la description d’une prison.

Pour développer les compétences de présentation, au début de chaque cours, un groupe de 4 à 6 étudiants devait présenter en un quart d’heure le sujet traité la leçon précédente selon une nouvelle perspective et répondre à des questions. Pour la description d’une prison, les étudiants ont du travailler, toujours par groupe de 4 à 6 étudiants, sur un lieu de détention du canton de Vaud. Leur travail consistait en la constitution d’un dossier de 5 à 10 pages, la fabrication d’un poster scientifique et une présentation orale. Le choix de l’établissement était imposé et la description de la prison devait traiter des cinq dimensions que sont le contexte historique de sa mise en service, sa construction, son fonctionnement, sa population ainsi que sa signification. Le dossier, le poster et la présentation orale comptaient chacun pour un tiers dans la note validant le cours.

La conférence présentera l’approche pédagogique et didactique, les résultats du travail des étudiants, ainsi que les évaluations conduites sur l’expérimentation elle-même.

9h30

Résumé

Le pénitencier cantonal de Béthusy – parcours de vie d’une prison

Ana Rita Cojocaru, Léa Kolopp, étudiantes en master de criminologie, Université de Lausanne

Suite à l’intégration du canton de Vaud au sein de la Confédération en 1803, les autorités cantonales se prononcèrent sur la volonté d’avoir une prison dans chaque district ainsi qu’un pénitencier cantonal. C’est ainsi que le projet du pénitencier de Béthusy (photo ci-dessous ; source : Musée de l’Elysée) prit forme dès 1819. Cette présentation propose de parcourir l’histoire de ce pénitencier, de sa construction à sa destruction, en examinant son fonctionnement, sa population, ses différents régimes pénitentiaires, son impact sur l’opinion publique ainsi que les différentes difficultés auxquelles les autorités étaient confrontées. Sera également discuté le principe selon lequel il était entendu que « la peine soit sentie, sans que l’humanité en souffre », l’expiation du crime étant la perte de liberté et nullement la souffrance physique.

9h50 La prison de la Tuilière – une question de genre ?

Tiago Lourenço, Veronica Rogão, Mathieu Rossel, étudiante et étudiants en master de criminologie, Université de Lausanne

Résumé Bâtie sur les ruines d’une ancienne tuilerie à Lonay, la prison de la Tuilière (photo ci-dessous ; source : Google) fut inaugurée en 1992. La construction de cet établissement s’explique, en partie, par la nécessité de combler un manque dans la prise en charge des femmes en exécution des peines et des mesures en Suisse romande. En effet, depuis la fermeture de la Colonie de Rolle (1975), ancienne prison pour femmes vaudoise, la majorité des détenues romandes étaient placées en Suisse alémanique. Le projet architectural de cet établissement se distingue par des infrastructures modulables aux différentes étapes du parcours progressif de l’exécution des peines, ainsi que par la diversité de sa population. La singularité de cette prison se trouve dans la mixité de sa population carcérale, celle-ci étant composée d’hommes et de femmes. Cette distinction s’observe également dans les formations et ateliers proposés aux détenus selon leur genre. Ce traitement différentiel soulève une réflexion sur la manière dont est pensée la resocialisation selon les rôles de genre.

10h30 Du cachot au pénitencier, exemples d’architecture carcérale à Neuchâtel

Claire Piguet, historienne de l’art, Office du patrimoine et d’archéologie, Neuchâtel

Résumé Resté en marge de la modernisation du système pénitentiaire qui débute sur le territoire helvétique durant l’occupation napoléonienne, Neuchâtel doit attendre le retour de la principauté dans l’orbite prussienne en 1815 pour que s’initie la réforme de ses institutions judiciaires. Les autorités locales devront dès lors adapter leurs lieux de détention au rythme de l’évolution de la justice. Puisant dans la boîte à outils de l’histoire du bâti, plutôt que dans celle du droit ou de la sociologie, nous tenterons une description architecturale de quelques prisons neuchâteloises de la fin du 15e siècle à nos jours. A petite échelle, ces réalisations recouvrent un large spectre de l’éventail typologique carcéral : de la tour «prisonnière» au panoptique, de l’aménagement de bâtiments existants aux constructions ad hoc, de la « cage » privative de liberté aux ateliers de travail collectif.

11h20 La prison Canton Mombello à Brescia dans son environnement Carlo Alberto Romano, professeur, Università degli Studi di Berscia

Résumé Cette conférence abordera l’analyse historique de l’évolution du système pénitentiaire de l’Italie à l’aide de l’exemple de la prison Canton Mombello de Brescia (photos ci-dessous ; source Google et Wikipedia) qui connaît cette année un siècle de service. L’analyse portera sur ses relations avec la région environnante.

11h50 La description de la prison ‘Sankt Jakob’ de St-Gall (1839-1956)

Patric Schnitzer, archiviste, Archives de l’Etat de St-Gall

Résumé Durant la période de la Médiation et suite à la création du canton en 1803, l’Etat de St-Gall est à la peine de placer les personnes condamnées désormais à des peines privatives de liberté. D’une part il doit reprendre les détenus en exécution des peines placés dans le pénitencier central de la défunte République helvétique à Baden dans le canton d’Argovie, d’autre part il doit construire de nouvelles places de détention pour le nombre croissant de personnes à incarcérer. A l’image des évolutions dans le canton d’Argovie, la construction d’un nouveau pénitencier et la modernisation de l’exécution des peines sont retardés pour satisfaire d’autres besoins de la population. La percée pour la construction d’un établissement correspondant aux conceptions de l’époque n’interviendra qu’au milieu des années 1830, conduisant à l’ouverture, en 1839, de l’établissement ‘Sankt Jakob’ (« la cantonale Strafanstalt Sankt Jakob ») dans la capitale du canton. De nombreux experts le considèrent comme moderne et exemplaire, car l’architecture était conçue à partir des systèmes d’exécution des peines en cours. Si Sankt Jakob est longtemps un des pénitenciers les plus connus pratiquant le « système d’Auburn », le deuxième réaménagement de 1885 conduit à l’introduction du « système irlandais » avec ses quatre phases. Les rapports de la direction de l’établissement et des autorités ainsi que la correspondance des anciens détenus montrent cependant un certain décalage entre théorie et pratique. Les conditions de vie matérielles tout comme la nourriture des détenus n’étaient de loin pas aussi exemplaires qu’elles ont été perçues dans la population. En ce qui concerne les conditions de vie en exécution des peines on a constaté qu’il n’y avait pas de différences significatives entre hommes et femmes. En 1955, l’établissement fut mis hors service par une décision du gouvernement cantonal. C’est non seulement le fait que de nouvelles formes d’exécution des peines furent pratiquées dans l’établissement ouvert de Saxerriet depuis les années 1920, mais la décrépitude des bâtiments, des considérations financières et une plus intense coopération intercantonale qui conduisirent à la fermeture de l’ancien établissement modèle.

12h20 Discussion 12h40-13h30 Pause de midi

Présidence Daniel Fink, chargé de cours, Université de Lausanne
13h30 Le Cárcel modelo de Barcelona et la réforme pénitentiaire catalane

Josep Cid, professeur, Universidad autónoma di Barcelona (en anglais)

Résumé A la fin du 18e siècle, le mouvement de la réforme pénitentiaire était également présent en Espagne, porteur d’idées d’humanité, de correction et de charité chrétienne. Ces idéaux ont conduit à la mise en fonction de nombreuses nouvelles prisons basées sur le système cellulaire et, plus tardivement, à la généralisation du régime progressif – fondé sur une loi nouvelle de 1904 introduisant la libération conditionnelle.

La publication en 2004 d’une histoire du Cárcel modelo de Barcelone, ouvert en 1904 (photographie contemporaine, Wikipedia), permet de traiter trois questions fondamentales en matière de privation de liberté: la prison cellulaire a toujours été surpeuplée ; elle a toujours été menacée dans l’ordre intérieur par manque de légitimité, et la vision réhabilitatrice a dû être modernisée passant d’une version moralisatrice (religion) à une version à prétention scientifique (traitement), sans savoir si elle était vraiment effective dans la pratique.

L’histoire de la Prison modèle de Barcelone permet de poser la question si ces problèmes ont été résolus dans le système pénitentiaire catalan contemporain: est-ce que la surpopulation et le manque de places sont toujours un problème? Est-ce que l’ordre intérieur est atteint et considéré légitime? La réhabilitation modernisée est-elle effective ?

page9image24936

14h00 La description socio-historique des prisons – le cas du pénitencier de Lenzburg

Daniel Fink, chargé de cours, Université de Lausanne

Le paysage carcéral suisse a été – et est aujourd’hui encore – extrêmement dense, fait d’un grand nombre de petites prisons de district, de région ou de canton, et de quelques établissements d’exécution des peines et des mesures de taille moyenne. Historiquement, les prisons de district ont été aménagées dans des couvents ou châteaux, dans les portes des remparts ou les greniers, dans les mairies ou les postes de police ; en revanche, très rapidement après l’instauration de la République helvétique (1798-1803), les lieux d’exécution des peines ont été des établissements construits spécifiquement à cette fin. Si les seconds sont mieux documentés et décrits par les chercheurs s’intéressant au pénal, les premières sont encore très mal connues, alors même que les historiens des monuments ont souvent inventoriés, décrits, analysés ceux-ci, mais sans jamais travailler sur les prisons qu’ils renfermaient. La description socio-historique des prisons, dont on dénombre près de 400 en Suisse pour les deux siècles derniers, n’en est encore donc qu’à ses débuts en Suisse. A l’aide de l’exemple du pénitencier de Lenzburg (photo ci-dessous, source P. Schulthess), situé dans le canton d’Argovie créé en 1803, on se propose de formuler une approche descriptive dense des prisons, une approche qui dépasse le caractère monographique très restreint souvent adopté dans la description des établissements pénitentiaires. Les dimensions retenues pour cette approche sont le contexte historique de la construction d’un établissement, la construction elle-même, le fonctionnement, la population pénitentiaire et la signification d’une prison dans l’histoire sociale.

Discussion
Conclusions et perspectives Clôture de l’atelier et apéritif


Vous aimerez aussi...