Dans La prison Sainte-Anne à Avignon, exposition des oeuvres de la collection Yvon Lambert

Jusqu’en novembre 2014, les oeuvres de l’éminent galériste parisien Yvon Lambert seront visibles dans la prison Sainte-Anne, désaffectée en 2003. L’exposition s’intitule « La disparition des Lucioles » et a fait l’objet d’une longue présentation sur le site Mediapart. L’établissement, construit à la fin du XVIIIe siècle est resté en l’état depuis sa fermeture et les oeuvres ont été accrochées dans les cellules, cours et coursives. Plusieurs thèmes regroupent les oeuvres. Ils font écho au quotidien carcéral : le temps qui passe, l’isolement, le quartier des femmes, la liberté retrouvée. Le Parisien a reproduit une dépêche de l’AFP : « Présenter des oeuvres dans une prison ne s’est jamais fait », souligne le directeur de la collection Lambert. L’exposition aborde en outre à l’histoire du bâtiment, qui fut d’abord un hôpital psychiatrique et a servi de centre de transit de Juifs déportés à Auschwitz durant la seconde guerre mondiale. Des documents d’archives témoignent de cette histoire au travers de manuscrits, carnets, plans, photos, registres, et objets. » Lors de la campagne pour les élections municipales de mars 2014, la candidate socialiste Cécile Helle, devenue depuis maire de la ville, envisageait de ne conserver qu’un seul bâtiment de la prison, de construire des résidences inter-générationnelles et une salle de congrès.


Vous aimerez aussi...