Quel avenir pour la prison de Fontainebleau ?

La prison de Fontainebleau, petit établissement cellulaire conçu en 1845, ferma en 1990 et devint peu de temps après le Musée national des prisons. Il a fermé en 2010 et ses collections sont parties à l’Ecole nationale de l’Administration pénitentiaire à Agen. Sonya Faure a publié un bel article dans Libération du 18 septembre 2014 sur le devenir de cette prison et, plus largement, sur la notion de patrimoine carcéral, en parallèle avec l’appel des historiens :  « Les prisons font aussi partie de notre patrimoine ». Elle montre les hésitations des élus locaux, les ventes de portions de l’univers carcéral par l’Etat, les reconversions. Le Parisien fut l’un des rares quotidiens à évoquer l’échec de ce musée. Il pointa le peu d’intérêt de la municipalité pour ce projet et les nouvelles orientations patrimoniales de la Chancellerie. Criminocorpus avait publié un entretien avec la conservatrice, Catherine Prade. Faut-il parler d’échec ? Le musée ne fut longtemps qu’entrouvert, réservé à des professionnels de la justice ou à des personnels pénitentiaires en formation. Catherine Prade a offert une autre contribution à Criminocorpus sur cet « impossible musée« . Un belle collection de plus de 4000 objets et une bibliothèque contenant des pièces extrêmement rares avaient été installées dans la maison d’arrêt et de correction. L’avenir est-il à la réalisation d’un musée virtuel de la justice et des établissements pénitentiaires ? En Guyane, un musée du bagne vient d’ouvrir. Dans quelques mois, le « 36 » quai des Orfèvres va être abandonné par les limiers de la brigade criminelle et il est question d’une nouvelle cité judiciaire. Quels seront les choix de la puissance publique, dans un contexte de crise et d’économies budgétaires ?


Vous aimerez aussi...