Bicentenaire de la maison centrale de Fontevraud

po13-1
Sous le Premier Empire furent organisées les premières maisons centrales destinées aux condamnés à des peines correctionnelles supérieures à une année, à la peine de la réclusion criminelle et à celle des travaux forcés lorsqu’il s’agissait de femmes ou de détenus âgés. Les condamnés d’une huitaine de départements étaient regroupés dans ces grandes manufactures carcérales, obligés de travailler tout au long de leur peine. La maison centrale de Fontevraud ouvrit ses portes en 1814, après celles d’Embrun, d’Eysses, de Clairvaux, de Montpellier etc… Elle demeura en fonctionnement jusqu’en 1863, mais les derniers détenus ne quittèrent le site qu’en 1985. Ils avaient été employés à la restauration de l’abbaye. L’établissement compta parfois jusqu’à 2000 détenus. Des victimes de la Terreur blanche aux débuts de la restauration y payèrent de longues années d’emprisonnement leurs cris et écrits séditieux. Des insurgés royalistes, paysans chouans légitimistes ayant suivi la duchesse de Berry, y furent incarcérés aux débuts de la monarchie de Juillet. Auguste Blanqui y fit un cour séjour de la fin de 1836 à 1937. Des résistants ont relaté leur incarcération dans la maison centrale sur le site du Conseil général des Pays de Loire. D’anciens surveillants et leurs familles, des voisins de la maison centrale s’expriment également dans cette belle collecte d’histoire orale. Le sinistre prévôt de la centrale Ange soleil a fait l’objet d’un article dans Criminocorpus. Des épurés ont connu les salles d’inoccupés ou les ateliers de tissage ou de chaises.
Le 18 octobre 2014, des tables-rondes seront organisées dans l’abbaye sur l’enfermement aux XIXe et XXe siècles sous la direction de Philippe Artières, historien et directeur de recherche au CNRS, David Niget, maître de conférence à l’université d’Angers (Travaillant sur l’histoire de la jeunesse, et des droits de l’enfant. Il s’est penché sur la colonie agricole pénitentiaire de Saint-Hilaire, près de Fontevraud), Pierre Pinon, architecte et historien (Il enseigne à l’école d’architecture de Paris et intervient à l’Institut national d’histoire de l’art), Jean-Marie Renouard, sociologue, maître de conférences à l’université de Bordeaux. Il est chercheur au Centre de Recherches Sociologiques sur le Droit et les Institutions Pénales (CESDIP). Il a publiéBaigneurs et Bagnards. Tourismes et prisons dans l’île de Ré, L’Harmattan en 2007.

Vous aimerez aussi...