La prison de Montaigu

Au XIXe siècle et antérieurement, les minuscules places de la ville de Montaigu portaient souvent le nom de « carrefour » dont celui « de la prison » situé en bas des halles « place Dugast-Matifeux » depuis 1908.

Entre approximativement 1650 et 1810, le tribunal de Montaigu siégea au premier étage du n°12 de cette place, avec sa prison au rez-de-chaussée. Les bâtiments qu’ils occupaient bordaient ce « carrefour de la Prison« , tandis que leur façade arrière donnait sur la rue « du pont Saint-Nicolas » (plus tard « rue de la Boucherie« ). La Révolution ne les ayant pas vendus comme biens nationaux, ils appartenaient toujours en 1814 aux Juigné, derniers seigneurs de Montaigu, qui s’en séparèrent par la suite.

La prison disposait pour héberger ses prisonniers de plusieurs salles quasi aveugles, ainsi que d’un petit cachot voûté souterrain existant encore en 2012. La mise en coupe réglée de la ville de Montaigu par les armées républicaines n’arrangea pas son état, et dans un procès-verbal d’estimation de la maison voisine, ex-demeure des Marin des Bouillères, Jean-Baptiste Fayau, le « commissaire du directoire exécutif près de l’administration municipale de canton de Montaigu » le déplorait : « la même prison sert aux hommes et aux femmes, ce qui blesse les loix de la bienséance« , et réclamait que cet état de chose cessât[1]. Il avait été nommé par le Directoire exécutif du département de la Vendée qui, pour exercer un contrôle politique étroit de la population, non seulement nommait les conseils municipaux réduits à un par canton, mais de plus faisait surveiller chacun d’eux par un « commissaire« . Dans un de ses rapports décadaires de juin 1798, J.-B. Fayau soulignait ce mauvais état de la prison, faisait part de l’évasion de plusieurs prisonniers qui avaient fait un trou dans le mur de leur cachot et, débouchant dans le four de la maison voisine,  avaient pu retrouver la liberté[2]

Pour en savoir plus sur le site des Archives.vendee


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.