La maison de répression de Nanterre

© Archives départementales des Hauts-de-Seine – 2Y8/3

Historique : La Direction des travaux de Paris fait l’acquisition en 1872 d’un terrain à Nanterre pour y construire une « maison de répression ». En 1887, suite à la fermeture du dépôt de mendicité de Saint-Denis, les reclus sont transférés à Nanterre, qui devient « maison départementale ». Au printemps 1902, les personnes incarcérées sont transférées à Fresnes, tandis que l’institution se concentre sur le dépôt de mendicité. Le bâtiment abrite désormais le centre d’accueil et de soins hospitaliers (CASH) de Nanterre, dont les archives remontent à 1921.

La maison d’arrêt de Nanterre a été construite à la fin des années 1980 et a commencé à recevoir des détenus en 1990-1991. Auparavant, les établissements de La Santé à Paris, Fresnes, Fleury-Mérogis ou Bois-d’Arcy se répartissaient les besoins en termes de détention. La maison d’arrêt de Nanterre accueille tout type de détenus, surtout pour des courtes peines ; il s’agit majoritairement de personnes condamnées pour des infractions à la législation sur les stupéfiants, des affaires de mœurs, ou des étrangers en situation irrégulière. Jusqu’en 2002, seuls les majeurs étaient incarcérés dans cet établissement…

Pour en savoir plus lire le billet publié sur le site de Archives.hauts-de-seine


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.