Mais qui a tué le conseiller Prince ? (2/2) “C’est un assassinat qu’il me faut”

Voie ferrée de la Combe-aux-Fées, le 21 février 1934 • Crédits : Wikimedia Commons

La thèse du suicide est inaudible pour l’opinion. Stavisky lui aussi a été retrouvé “suicidé” un mois plus tôt.

L’opinion est convaincue de l’assassinat. Gare à ceux qui osent parler du suicide : ce sont les premiers soupçonnés du meurtre. Non, Prince en savait trop et la “maffia” cachée dans les couloirs du pouvoir a éliminé cet embarrassant témoin.

Deuxième épisode : “C’est un assassinat qu’il me faut”

Le 20 février 1934, Prince a été attiré à Dijon par l’appel d’un docteur prétendant que sa mère y était mourante. Il arrive à Dijon à 16h44 par le train de Paris. Il envoie un télégramme rassurant à sa femme à 16h50 depuis la gare, réserve une chambre et pose ses affaires dans un hôtel à 17h. Puis on ne sait plus rien. Hormis qu’à 20h42, 63 mètres séparent sa tête éclatée de son corps écrasé par un train.

Chauffés à blanc par des journaux qui désignent les coupables qui les arrangent, les Français crient au complot. Et quand des journalistes concluent au suicide, le patron de Paris Soir rétorque : “Non, c’est un assassinat qu’il me faut”…

Avec : Pierre Cornut-Gentille, avocat ; Jean-Marc Berlière, historien ; Bruno Fuligni, écrivain ; Jean-François Miniac, écrivain.

Un documentaire de Romain Weber, réalisé par Yvon Croizier. Lectures : Gilles Lacombe. Archives INA : Inès Barja ; Recherche et documentation internet : Annelise Signoret ; Collaboration Pascaline Bonnet et Némo Camus

Pour en savoir plus lire le billet publié par France culture


Vous aimerez aussi...