Antoine de Baecque : “La charrette c’est une manière de prolonger le supplice. Il y a une certaine frustration de la nation face à la mort par guillotine”

L’usage de la guillotine, introduite en France en 1792, perdura jusqu’en 1977 tout en connaissant une accélération sous la terreur.• Crédits : Hulton Archive – Getty

1997 |L’émission “Lieux de mémoire” consacrait en 1997 une émission à la guillotine. Michel Vovelle, Daniel Arasse, Jacques Delarue et Antoine de Baecque retraçaient l’histoire de celle que l’on surnomma “le rasoir national”, “la raccourcisseuse patriotique” ou plus simplement “la veuve”…

L’usage de la guillotine, introduite en France en 1792, perdura jusqu’en 1977 tout en connaissant une accélération sous la terreur. Image emblématique de la période révolutionnaire, elle déconcerte d’abord les badauds qui lui reprochent de dépouiller l’exécution de son aspect spectaculaire. A tel point qu’on entendra chanter dans les rues de Paris “_Rendez-nous la potence ! Rendez-nous la potence !”  _Antoine de Baecque expliquait :

La charrette c’est en quelque sorte la manière de prolonger le supplice… Il y a  une certaine frustration de la nation, du peuple assemblé, face à la mort par guillotine…

LES NUITS DE FRANCE CULTURE par Philippe Garbit

Pour écouter le document sonore sur le site de l’émission France culture


Vous aimerez aussi...