“Infanticides dans le Lot et Garonne au XIXème et XXème siècle” – Retour de Jean-Michel Armand « L’Assassin habite dans le 47 »

“Mon bon Philippe, je remets entre tes mains expertes le soin de t’occuper de “mes” infanticides lot et garonnaises qui ont déjà bien souffert. Cajole les bien dans ton carnet… elles le méritent ! Merci pour elles …” – Jean-Michel Armand

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique  « L’Assassin habite dans le 47 » et ouvre ses pages au fidèle des fidèles de la vieille garde du carnet criminocorpus , “celle qui ne meurt jamais” : Jean-Michel Armand , ancien formateur au Centre de ressources sur l’histoire des crimes et des peines (CRHCP) à l’École nationale d’administration pénitentiaire située à Agen.

“Infanticides dans le Lot et Garonne au XIXème et XXème siècle” sera le thème de l’émission diffusée sur Radio Bulle 93.6  jeudi prochain – comme chaque mois – à 19 heures.

Rediffusion le samedi à 21 heures ou en podcast sur RADIO BULLE 93.6  rubrique « L’assassin habite le 47 »

Âmes sensibles et ennemis de la franche rigolade s’abstenir d’écouter le document sonore …Ph.P.

 

Jean-Michel Armand, l’inlassable traqueur des criminels du Lot et Garonne… et fidèle parmi les fidèles du carnet Criminocorpus.

 

“Il y a une catégorie criminelle qui, plus que tout autre, heurte au plus profond l’inconscient collectif et choque durablement l’opinion publique, il s’agit des infanticides que le code pénal de 1810 a placé au sommet des crimes en le nommant « crime capital » susceptible d’être puni de mort.

Crime essentiellement féminin, il s’agit dans l’immense majorité des cas de meurtres d’enfants nouveau-nés étouffés ou noyés selon les modus operandi le plus couramment pratiqués. Comme beaucoup de départements ruraux – où les femmes, plus qu’ailleurs encore ont été inculpées pour ces faits – le département du Lot et Garonne a connu sur un siècle (1857/1927) (*) un nombre important, au regard de sa densité démographique, de ce crime impossible.

De Jeanne L. qui en mars 1883 cache son bébé au fond de ses couvertures durant trois longues journées après l’avoir étouffé avec des tampons de coton enfoncés dans la bouche à Léonie D. dont on retrouve le bébé caché au fond d’un placard sur un tas de pommes de terre … un garçon né viable dont on ne saura jamais si les fractures crâniennes relevées à l’autopsie étaient dues à des coups portés ou si, comme le soutiendra toujours la mère, elle a accouché seule et debout et que la « chose qui était dans (mon) ventre » (sic) a chuté lourdement sur le sol ?

Les peines infligées à ces mères le plus souvent séduites et abandonnées sont étonnamment bienveillantes (**) et viennent, une fois de plus, mettre à mal la conviction trop bien ancrée que la justice actuelle est trop laxiste (***) !

(*) vingt dossiers dépouillés dans la série U (arrêts de cours d’assises) des Archives Départementale du Lot et Garonne.

(**) 14 condamnations de une à deux années de réclusion criminelle,2 relaxes, 4 condamnations à plus de deux années d’emprisonnement n’excédant néanmoins pas quatre ans.

(***) les dernières affaires d’infanticide médiatisées ont vu les cours d’assises infliger des peines entre 9 (Dominique Cottrez), 15 (Fabienne Kabou) et 20 ans (Cécile Bourgoin) d’emprisonnement.”

___________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Quelques émissions disponibles le très sérieux Criminocorpus – Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des … :

« L’Assassin habite dans le 47 », Jean-Michel Armand s’invite sur le …

L’affaire Alice Crespy – L’assassin habite dans le 47 – Criminocorpus

« L’assassin habite dans le 47 » alias Jean-Michel Armand visite la …

Bizarreries judiciaires – « L’assassin habite dans le 47 » alias Jean …

En attendant le retour de Jean-Michel Armand, notre sémillant …

« Le dépit amoureux fait commettre bien des folies » : l’affaire …

« L’assassin habite dans le 47 » alias Jean-Michel Armand visite la …

Les assassins « verts de gris » du 47 – avec Jean-Michel Armand ( L …

etc, etc

______________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Jean-Michel Armand – Photographie : Le Petit Bleu d’Agen

« C’est comme un foyer éducatif mais derrière les murs. De fait, nous avons peu de contacts avec les agents pénitentiaires que l’on retrouve seulement au mess. Ces mêmes garçons m’initieront à l’argot, au verlan et au javanais pour ceux d’entre eux qui le bagoule. Je garderai de cette époque une dizaine de petits carnets dans lesquels je notais chaque jour des mots, des expressions à eux. Presque quarante après, c’est à eux que je penserai quand je publierai « L’Argot des Prisons ». Cette « initiation » ne durera quelques mois car mon statut d’intermittent de l’éducation contrainte m’expédie dans un autre trou (administratif) à combler. Je me retrouve dans les sous-sols du tribunal de grande instance de Paris…au fameux dépôt. Là, question odeurs malfaisantes, c’est pire ! Nous vivons en permanence dans des odeurs de pisse et de vomissures… »

Le Carnet de l’histoire de la justice, des crimes et des …développe la rubrique Portrait du jour – Criminocorpus  et ouvre ses pages aux fidèles lecteurs du site.

Aujourd’hui nous recevons pour le trente et unième   Portrait du jour – Criminocorpus Jean-Michel Armand, l’inlassable traqueur des criminels du Lot et Garonne… et fidèle parmi les fidèles du carnet Criminocorpus.

Merci Jean-Michel  pour le  pensum demandé relatif à ta vie. Amitiés de toute l’équipe de la rédaction crimino et des aficionados du crime.

31 – Portrait du jour : Jean-Michel Armand, l’inlassable traqueur des … sur

https://criminocorpus.hypotheses.org/48428


Vous aimerez aussi...