La prison cellulaire de Saint-Gilles à Bruxelles

L’édification d’un nouveau complexe pénitentiaire à Haren dans la banlieue de Bruxelles a fait craindre la destruction de deux prisons emblématiques des utopies cellulaires de la fin du XIXe siècle : la prison de Saint-Gilles et la prison Forest. Des pétitions ont circulé en 2013 pour éviter de faire table rase. Il y était rappelé que la prison Saint-Gilles avait une façade remarquable en style néo-médiéval, avec ses châtelets d’entrée, ses mâchicoulis, ses meurtrières ses tours crénelées. Elle s’intégrait à un plan d’extension et d’embellissement de Bruxelles, la prison de Forest étant à proximité sur l’avenue Edouard Ducpétiaux, le fameux inspecteur des prisons belge, promoteur dans son pays des systèmes de séparation des détenus. Une description précise de ce « château-fort-prison » existe sur le site de l’Inventaire des monuments historiques. Marie-Sylvie Dupont-Bouchat a consacré un bel article au « rêve » cellulaire de Ducpétiaux dans Déviance et société en 1998. Elle indiquait que Ducpétiaux avait été le penseur du cellulaire en Belgique, mais que son successeur Stevens, directeur de la prison de Saint-Gilles en 1885, en avait été le chantre à travers le monde.

Entrée de la prison de Saint-Gilles

La maison d’arrêt de Saint-Gilles était disposée selon un plan rayonnant, en étoile. Cinq ailes de 120 cellules sur trois niveaux, réparties autour d’une galerie centrale, rejoignaient le coeur de la prison où était aménagée une vaste chapelle cellulaire. La maison d’arrêt était prévue pour environ 500 prévenus et inculpés. Construite de 1874 à 1884, elle s’inspirait du modèle américain de Philadelphie avec des cellules individuelles et le souci de séparer les détenus les uns des autres à tous les moments de la journée. Les promenoirs individuels « en camembert » faisaient penser à la prison de Pentonville en Grande-Bretagne. Les détenus, à partir de l’ouverture en 1884, portaient des capuchons lors des déplacements et dans les ateliers. On ne peut s’empêcher de penser au régime de détention qui allait être organisé dans la prison de Fresnes à partir de 1898. Les gravures qui suivent ont été publiées dans The Graphic en 1887 ( la chapelle cellulaire, une coursive, la tenue des prisonniers, la boulangerie). Jacky Tronel a évoqué dans son blog Histoire pénitentiaire et justice militaire le capuchon belge.

Chapelle cellulaire de la prison Saint-Gillessaint-gilles coursiveLe capuchon et la tenue d'un détenu au travailLa boulangerie

Durant les deux conflits mondiaux la prison de Saint-Gilles fut administrée par les autorités allemandes d’occupation. Un monument sur la façade de la prison évoque les détenus qui quittèrent cette prison pour être fusillés au tir national entre 1914 et 1918.  Parmi eux, des membres de réseaux d’espionnage qui transmettaient des informations aux Français et Britanniques. Une seconde stèle a été apposée près de l’entrée :  » Prison militaire allemande de St. Gilles 1940-1945. N’oublions jamais. Patriotes, résistants, hommes, femmes, enfants connurent ici les premières heures de leur long martyre du 17 mai 1940 au 3 deptembre 1944. Jamais les menaces et les supplices n’eurent raison, ni de leur courage ni de leur foi ». Quatre détenus parvinrent à s’en évader le premier mars 1943. Une plaque évoque cette prouesse sur le mur de la prison. Un ouvrage relate cette évasion.

En 2013, le comité de défense des habitants de Saint-Gilles suggérait la création d’un musée de la résistance dans l’une des ailes de la prison. Les écologistes suggéraient des logements. L’avenir du complexe pénitentiaire des prisons Saint-Gilles et Forest ne semble pas tranché en novembre 2014. Le vaste complexe pénitentiaire de Haren n’est pas sorti de terre.

$_12-1$_12-6 $_12

 


Vous aimerez aussi...