Maintien de l’ordre : le Shah d’Iran, la bande à Baader et la bavure qui transforma la police allemande

Manifestation de protestation le 5 juin 1967 après la mort de Benno Ohnesorg.• Crédits : Friedrich Magnussen via Wikicommons

Le nom de Benno Ohnesorg est resté célèbre en Allemagne. En 1967, il est tombé durant une manifestation, tué d’une balle dans la tête par un policier. L’épisode est resté fondateur pour la culture d’extrême-gauche en Allemagne, mais aussi pour la doctrine de maintien de l’ordre dans tout le pays.

Devant les parlementaires, Christophe Castaner, ministre de l’Intérieur, a estimé lundi 3 décembre que la doctrine de maintien de l’ordre en France était à repenser. Les premières comparutions immédiates avaient déjà eu lieu, 48 heures à peine après la troisième journée de mobilisation des gilets jaunes, et les violences qui l’ont marquée. Environ 130 blessés ont été recensés rien qu’à Paris, parmi lesquels une vingtaine du côté des forces de l’ordre. Côté manifestants, 412 interpellations ont eu lieu, annonçait rapidement l’exécutif, tandis que des enquêtes pour violences policières commençaient à être évoquées à mesure que des plaintes étaient déposées.

A Paris toujours, Le Parisien annonce, chiffres de la police à l’appui, plus de 1000 grenades tirées ce jour-là, dont 339 CLI-F4, particulièrement offensives, mais aussi 776 cartouches de flashball. A Toulouse, un gilet jaune venu manifester en famille a été plongé dans un coma artificiel après un tir de flashball durant la journée de mobilisation du 1er décembre. A Marseille, le même jour, c’est une vieille dame de 80 ans, restée chez elle à deux pas de la Canebière, qui a été touchée par une grenade tirée depuis la rue alors qu’elle fermait ses volets durant la manifestation – elle est décédée le lendemain, à l’hôpital. Dans son appartement, on retrouvera des débris de grenade…

Par Chloé Leprince

Pour en savoir plus lire le billet  sur France culture


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.