La monographie du couple Georges et Marie Georges Martin (Dominique Segalen)

Prochain ouvrage à paraître : la monographie du couple Georges et Marie Georges Martin.
Suite à une conversation fructueuse avec mon éditrice préférée au Salon maçonnique du livre de Paris le mois dernier (merci pour ta confiance, Christine), je change mon fusil d’épaule et laisse provisoirement de côté l’avancée de mes recherches historiques sur l’itinéraire de Clémence Royer que je reprendrai plus tard.

Il fallait écrire l’histoire d’un homme, effectivement, parmi celles des femmes qui ont participé à la fondation du Droit Humain en France en 1893 : le seul homme du groupe fondateur à l’époque, Georges Martin.

Mon prochain ouvrage lui sera donc consacré, mais un livre existe déjà sur sa vie et son parcours : « Georges Martin, Franc-Maçon de l’Universel » par Marc Grosjean. Cette fois, son épouse et Soeur Marie Georges Martin l’accompagnera pour une mise en lumière bienvenue et largement méritée, car la force d’engagement et les actions de la première Grande Maîtresse de l’Ordre demeurent quasiment inconnues.

Connaissant le tempérament des deux personnages, la reconstitution des aventures partagées de ce passionnant binôme, soubassement indéfectible de la Maçonnerie mixte, promet d’être exaltante !

Pour vous mettre en appétit, voici l’extrait d’un discours prononcé en septembre 1900 rue Jules Breton, lorsque Marie Georges Martin recevait en Loge une délégation du Congrès international de la condition féminine : 

« On prête à la Franc-maçonnerie des pratiques diaboliques. Des prêtres racontent assez souvent que des sacrifices humains ont lieu chaque année dans les Loges maçonniques…Eh bien ils n’ont pas tort car nous faisons, non pas une fois l’an mais toute l’année, des sacrifices humains. En effet nous travaillons en commun à sacrifier tout ce qu’il y a de mauvais en nous, pour ne développer que ce qu’il y a de bien, afin de devenir meilleurs, de devenir bons et de prêcher par la parole et l’exemple, l’union, la liberté la solidarité la fraternité ! » – Dominique Segalen


Vous aimerez aussi...