« Recherche criminelle – empreinte olfactive ou la preuve par l’odeur »

L’IRCGN a su développer une méthode pour prélever et identifier des molécules présentes dans l’empreinte olfactive. – © Sirpa Gend – BRC F. Garcia

Révéler scientifiquement une «empreinte olfactive» ayant une force de preuve aussi probante que celle existant déjà pour l’empreinte digitale ou génétique ? Cette hypothèse est prise très au sérieux par l’Institut de recherche criminelle de la gendarmerie nationale (IRCGN) de Pantoise. Le sujet intéresse de plus en plus la communauté scientifique mondiale et fait l’objet d’études par le FBI ou bien par l’université de Sidney en Australie.

La gendarmerie française, à la pointe de cette recherche, a organisé, en novembre dernier, par son pôle judiciaire, un séminaire réunissant enquêteurs, experts et professeurs de médecine, dans le but d’explorer plus en avant ce nouveau domaine, inconnu encore de la police scientifique. Même si l’odorologie monte en puissance depuis les années 2000 et que les récentes études montrent la fiabilité du flair d’un chien, il est difficile d’en faire une preuve judiciaire. L’idée de chercheurs de l’IRCGN est donc de trouver un outil permettant d’établir scientifiquement la signature des odeurs se dégageant d’une personne. Leur travaux sur l’odeur, lancés en 2012, ont débouché sur une méthode d’analyse et de prélèvement prometteuse pour capter, disséquer et mesurer chaque odeur. Pour avancer, les chercheurs s’appuient sur 250 volontaires, collègues militaires ou membres de leur entourage. Les premiers tests sur le terrain sont prévus vers 2022, l’objectif dans un futur plus lointain étant de créer des « portraits-robots olfactifs » et à terme, de constituer un « fichier national d’empreintes olfactives ». Une nouvelle carte d’identité ?

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus. Pour en savoir plus sur Krystina :

https://criminocorpus.hypotheses.org/59672


Vous aimerez aussi...