Les évasions de relégués au bagne de Guyane (XIXe-XXe siècle) (Jean-Lucien Sanchez)

collection particulière Louis Roure

Départ des relégués de Saint-Martin-de-Ré (collection particulière Louis Roure)

Les relégués internés au pénitencier de Saint-Jean du Maroni se rebellent fréquemment, en particulier au moment de leur arrivée en Guyane. Déçus par leur sort, se pensant astreints à une simple mesure d’éloignement en Guyane, beaucoup entament alors des grèves et des refus de travail, rapidement réprimés par l’administration pénitentiaire. Puisque la revendication ne mène à rien, certains optent alors pour l’évasion, ultime viatique pour échapper au bagne et à ses travaux forcés. Comment de plus résister à l’attrait offert par la « belle », qu’ils peuvent entrapercevoir quotidiennement depuis la berge du pénitencier de Saint-Jean : seul le fleuve Maroni les sépare de la berge de la Guyane hollandaise, antichambre d’une cavale qui peut les conduire vers des contrées pleines de promesses ou, pour les plus téméraires, vers le pays qui les a exilés. Mais entre tenter son évasion et la réussir, il y a loin de la coupe aux lèvres. Le nombre des évadés croît en général peu de temps après l’arrivée d’un nouveau convoi de relégués. Espérant l’évasion dès la citadelle de Saint-Martin-de-Ré, où ils patientent quelques semaines avant le départ de leur convoi pour la Guyane, la plupart des nouveaux arrivants à la relégation…

Lire la suite de ce article de Jean-Lucien Sanchez sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...