Quand les patrons s’intéressent à la prison » : l’ association Walden, un collectif de chefs d’entreprise et de juges défend sa politique de réinsertion des détenus

Prisonnier dans un atelier de travail. Les Echos.fr – prison, travail, réinsertion professionnelle, sociale des détenus

RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL – L’association Walden est un groupe de réflexion sur la réinsertion professionnelle des détenus dans le Haut- Rhin, jugée plus efficace contre la récidive et moins coûteuse à terme pour l’Etat. Crée à peine un an, à l’initiative du magistrat Jessica Viola, le vice-procureur de Colmar, elle réunit une vingtaine de personnes : des chefs d’entreprise, mais aussi des fonctionnaires de la justice, des spécialistes de Pôle emploi et de l’enseignement. Elle s’est donnée un an pour réfléchir sur les conditions de sortie de prison et sur la réinsertion professionnelle des détenus, en croisant les points de vue et en créant un débat sur ce qui ne fonctionne pas dans le système de réinsertion actuel. Elle suit également de près la réforme, en discussion à l’Assemblée Nationale, sur la modernisation de la justice et la lutte contre la surpopulation carcérale. Dans l’immédiat, les membres de l’association envisagent de faire bénéficier les détenus de la prison de Colmar du même accompagnement que celui prévu pour les salariés. Dans le premier temps il s’agit d’améliorer le niveau de formation portant sur les savoirs de base et d’inciter les détenus à passer un certificat de formation générale (CFG). L’examen de passage de CFG sera surveillé par les instructeurs de l’académie. Par la suite les détenus pourront postuler à une formation professionnelle. Au début de l’année, les membres de Welden, se sont rendus en Suisse et au Danemark pour observer leurs pratiques en la matière. Ils ont ainsi constaté que la prison suisse de Witzwill était aussi la plus grande exploitation agricole du pays et que dans l’une des prisons de Danemark les confitures fabriquées par les détenus étaient vendues aux commerces alentour, avec une mention sur les étiquettes « fabriqué en prison », considérée là-bas comme un label de qualité.

L’association a prévu de publier un livre où elle proposera des pistes concrètes pour une réinsertion par l’emploi.

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus. Pour en savoir plus sur Krystina :

https://criminocorpus.hypotheses.org/59672


Vous aimerez aussi...