Sainte-Anne ou la Santé ? De l’enfermement des rebelles en France au XIXe siècle. Éléments de comparaison (Marie Bergounioux et Audrey Higelin)

Frédéric-Auguste Demetz et Guillaume-Abel Blouet, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837, 115 p. et 46 pl., pl. 25. Narbolibris. Bibliothèque virtuelle du Grand Narbonne

Frédéric-Auguste Demetz et Guillaume-Abel Blouet, Rapport à M. le Comte de Montalivet sur les pénitenciers des États-Unis, Paris, Imprimerie Royale, 1837, 115 p. et 46 pl., pl. 25.
Narbolibris. Bibliothèque virtuelle du Grand Narbonne

Malgré la proximité géographique de Sainte-Anne et de la Santé, l’opposition semble aisée : l’hôpital psychiatrique, ancien « asile d’aliénés » (la terminologie a changé en 1938), est un lieu de soins quand la prison est un lieu pour « surveiller et punir ». Mais le public concerné par l’un et l’autre lieu est, lui, plus difficile à saisir.
À partir des années 1830, de nombreux débats s’élèvent concernant la peine de mort et le mode d’enfermement des délinquants. La réédition, en 1836, de l’ouvrage de Tocqueville et de Beaumont, est concomitante à la parution De la réforme des prisons ou de la théorie de l’emprisonnement de Charles Lucas. En 1838 est promulguée la loi dite « des aliénés » en même temps que paraît le Traité des Maladies mentales d’Esquirol. Nous suivrons ce questionnement juridique, médical et, partant, social jusqu’à la circulaire Chaumié (1905), qui offre une gradation entre délinquant et délinquant aliéné en sanctionnant la possibilité d’une « responsabilité atténuée » proposée par les médecins.
Au cours des années 1830 et jusqu’au début du xxe siècle, le crime est pensé en des termes nouveaux, notamment ceux d’une « folie sociale » – l’idéal de certains aliénistes étant de fermer les prisons pour ne garder plus que des asiles d’aliénés. Mais des critiques apparaissent et tous (notamment des juristes) ne considèrent pas comme allant de soi cette psychiatrisation des cas pénaux…

Lire la suite de cet article de Marie Bergounioux et Audrey Higelin sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...