Manifestations : la police est-elle de plus en plus violente ? Un historien apporte son éclairage.

Manifestations : la police est-elle de plus en plus violente ?

Les manifestations des Gilets jaunes ont de nouveau posé la question de la violence de la répression policière. Un historien apporte son éclairage.

Par Vincent Denis * ()

Publié le 17/12/2018

Les manifestations des gilets jaunes de ces dernières semaines ont soulevé à nouveau la question des violences policières et d’un usage accru de la violence par les forces de l’ordre, une question déjà posée en 2016 à l’occasion du mouvement contre la « loi travail ». On voudrait apporter un éclairage historique sur ce phénomène supposé de « retour » de la violence. Il ne s’agit pas de relativiser les agissements policiers, mais d’inscrire les événements dans l’évolution du maintien de l’ordre en France.

Calmer le « citoyen momentanément en colère »

Le maintien de l’ordre repose en France depuis longtemps sur des unités spécialisées : les gendarmes mobiles, apparus en 1921, complétés par les CRS, à partir de 1944, avec le recours à certaines périodes à des unités non permanentes comme les compagnies d’intervention de la préfecture de police à Paris dans les années 1950-1960. À l’origine de ces forces se trouve la préoccupation de ne plus recourir à l’armée, de ne plus traiter le manifestant comme un « ennemi » mais un « citoyen momentanément en colère »

Pour en savoir plus lire Vincent Denis * (* Historien, université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, il a notamment co-dirigé «  Ordre public et révolutions au XIXe siècle  » (2009) sur le site Le point.

SUR LE MÊME SUJET

« Le maintien de l’ordre à la française a explosé en vol »
« Le maintien de l’ordre est un métier. Le rétablissement de l’ordre, plus encore ! »
« Les blindés de la gendarmerie démontrent une volonté très ferme de l’État de faire respecter l’ordre public »

Vous aimerez aussi...