Saint-Laurent-du-Maroni : le bagne ouvre ses portes

CIAP_CriminocorpusLe vendredi 21 octobre sera inauguré à Saint-Laurent-du-Maroni le Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine, destiné à devenir un lieu majeur de l’histoire et de la mémoire des bagnes de Guyane.

[Extraits du dossier de presse]

Saint-Laurent-du-Maroni, commune pénitentiaire

En 1857, trois ans après la promulgation de la loi sur la transportation, la commune de Saint- Laurent-du-Maroni est conçue comme un centre pénitentiaire agricole, où sont envoyés en exil les condamnés aux travaux forcés, considérés comme aspirants colons. La ville de Saint- Laurent-du-Maroni est fondée en 1858 par l’amiral Auguste-Laurent Baudin qui donne à la ville le nom de son saint patron. Les premières concessions de terrain sont accordées aux condamnés. Un territoire de 160 000 hectares est officiellement créé en vue de la concentration sur le bassin du Maroni de la colonisation grâce à la main d’œuvre pénale. Épicentre de ce territoire pénitentiaire, la ville de Saint-Laurent est dotée en 1880 d’un statut communal unique : elle devient la commune pénitentiaire du Maroni. Elle est alors administrée par une commission municipale dont les membres sont nommés par le gouverneur sur proposition du directeur de l’Administration Pénitentiaire. Aucun élu n’y siège. À partir du XXe siècle, la « capitale du bagne » s’étend, le commerce se développe avec la découverte de l’or sur le Haut-Maroni et attire une population venue des Antilles françaises et de la Guyane hollandaise.

De la commune pénitentiaire à la commune de plein exercice

Le visage de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni est profondément modifié par la fin du bagne. En effet, le départ des employés de l’Administration Pénitentiaire et des derniers transportés crée un vide. Saint-Laurent-du-Maroni devient sous-préfecture en 1946, puis une commune de plein exercice en 1949 avec un conseil municipal et un maire élu. Le déclin de l’orpaillage sur le Haut-Maroni et le vide démographique de Saint-Laurent attire durablement les populations du fleuve. Ainsi, les marrons, fréquemment de passage dans la commune depuis l’époque pénitentiaire, s’installent en ville devenue sous-préfecture en 1946. D’autres migrants de différentes régions du Maroni s’installent également : la sédentarisation des Kali’na et Lokono à proximité de la ville est encouragée par la préfecture. Par ailleurs, les populations antillaises du Maroni viennent s’installer en ville, en quête d’emploi. Enfin, une tentative de peuplement colonial administré a également lieu dans les années 1950, avec l’installation de migrants d’Europe centrale et orientale. En outre, différents secteurs d’activités économiques se développent, notamment les scieries, la pêche et le commerce transfrontalier avec le Suriname. Avec l’arrivée de ces nouvelles populations, la ville se développe en marge du centre colonial.

La ville aujourd’hui

L’afflux de réfugiés dû à la guerre civile surinamaise de 1986 transforme le paysage urbain. Au total, les réfugiés en Guyane sont estimés à 9 000 selon la préfecture, voire 13 000 selon la Cimade. La plupart sont Marrons, mais environ mille d’entre eux sont Amérindiens, et certains sont issus des autres groupes composant la population surinamaise. Même si les migrations ont commencé avant cet épisode, la ville a connu une forte croissance pendant et après la guerre civile. La guerre surinamaise a eu pour conséquence un doublement de la population de la rive droite du Maroni. La population de Saint-Laurent-du-Maroni passe de 6 971 habitants en 1982 à 13 616 en 1990. Cette croissance transforme la ville. Les villages amérindiens de Saint-Laurent-du-Maroni se sont tous agrandis, accueillant des réfugiés à l’emplacement des anciens abattis. Un nouveau village amérindien est créé sur la route de Cayenne, Prospérité. En outre, la première opération de relogement à la Charbonnière n’ayant pas suffi à reloger tous les Marrons des berges, d’autres opérations de ce type sont menées entre 1991 et 1998. Les quartiers sur pilotis sont rasés à la fin des années 1990. De nouveaux quartiers voient le jour : Les Sables Blancs ou vampires, les lotissements Moucaya et Flamboyants à la Charbonnière, et les Écoles (ou BakaLycée) à Saint-Maurice. Du fait des nombreuses naissances, la population continue de croître. En 2013, la population atteint 45 000 habitants. Selon une estimation de l’InSEE, Saint-Laurent-du-Maroni pourrait devenir la ville la plus peuplée de Guyane avec plus de 135 000 habitants en 2030. Les habitants s’installent également le long de la route de Saint-Jean, de la route de Cayenne, et plus récemment le long de celles de Paul-Isnard et d’Apatou. Ainsi, l’urbanisation se poursuit vers l’extérieur de la ville.

 Saint-Laurent-du-Maroni, ville d’Art et d’Histoire

Depuis 1985, le Ministère de la Culture et de la Communication assure la mise en œuvre d’une politique d’animation et de valorisation du patrimoine, en partenariat avec les collectivités territoriales, qui se concrétise par l’attribution d’un label villes et Pays d’art et d’histoire. Cet engagement est fixé par une convention signée entre le Ministère de la Culture et de la Communication représentée par les Directions régionales des Affaires Culturelles et les collectivités concernées. Aujourd’hui, sur l’ensemble du territoire national, outre-mer compris, plus de 181 villes et pays peuvent se prévaloir du label de qualité villes et Pays d’art et d’histoire. Le développement du tourisme, la sensibilisation des habitants, la diffusion et la communication du patrimoine et le développement des activités éducatives sont les quatre missions principales dévolues au label villes et Pays d’art et d’histoire.

Du bagne au centre d’interprétation de l’Architecture et du Patrimoine

Labellisée ville d’art et d’histoire depuis 2007, Saint-Laurent-du-Maroni est riche d’une histoire complexe et multiculturelle qui fait d’elle une destination touristique et culturelle originale en Guyane. Située à l’embouchure du Maroni qui fait frontière avec son voisin le Suriname, cette sous-préfecture composée de 47 000 habitants, doit faire jouer ces atouts. or, à l’heure, où les Bagnes du Monde ont réussi le challenge de reconvertir ces lieux douloureux, en lieux de mémoires et en lieux culturels, le Camp de la Transportation était resté en marge.

Pôle culturel depuis plusieurs années, regroupant la bibliothèque municipale, une salle d’expo- sition temporaire, une scène conventionnée gérée par l’association théâtrale Ks and Co. La Mairie de Saint-Laurent-du-Maroni s’est donnée les moyens de finaliser et de proposer au public un lieu culturel et touristique d’envergure. Si un musée du bagne a été évoqué dans le passé, l’installation d’un Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine a donné lieu à une remise à jour des projets culturels dans le Camp de la Transportation. Le projet du Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine s’installe tout d’abord en case d’entrée droite, face à la bibliothèque. La restauration extérieure de cette case a été prise en charge à 95% par la Direction régionale des Affaires Culturelles. En parallèle, le service patrimoine se développe et s’attache à respecter les engagements de la convention ville d’art et d’histoire, rapidement des études sur l’histoire de la ville sont menées, les archives communales sont inventoriées, classées et un service éducatif est créé. Il devenait évident pour la municipalité d’intégrer au projet tous ces atouts. Le projet du CIAP se densifie par l’ajout de deux salles d’expositions dédiées à la ville, d’une salle d’animation et d’une salle d’archives.

Les objectifs du Centre d’interprétation de l’architecture et du Patrimoine :

  • Transmettre une meilleure connaissance de l’histoire guyanaise et particulièrement de celle de la ville de Saint-Laurent-du-Maroni et des Bagnes de Guyane
  • Mettre en valeur un site classé aux Monuments Historiques en améliorant sa protection et valorisation
  • Offrir aux visiteurs une attraction touristique et culturelle de qualité
  • Sensibiliser les habitants à leur cadre de vie, à l’architecture et au patrimoine.

La ville de Saint-Laurent-du-Maroni espère pouvoir attirer un public touristique plus nombreux dans le Camp de la Transportation et offrir un outil attractif et ludique à un public en demande, qu’il soit touristique, scolaire, ou guyanais.

CIAP-echanges

Les lieux d’échanges

infirmerie / l’accueil du public autour du site et de la ville
Construite en 1901, la case entrée droite est l’ancienne infirmerie.
Espace d’accueil, elle a vocation à développer la curiosité du visiteur autour du site, de la ville et des actions culturelles.

Case 11 / l’accueil des scolaires et des artistes
Durant la transportation ces cases étaient destinées à l’enfermement la nuit des transportés de 2nde Classe. En rez-de-chaussée les condamnés dormaient sur des hamacs ou des bats-flancs. A partir de 1933, ils disposaient d’une cellule individuelle.
Au rez-de-chaussée, l’espace est aménagé en salle d’animation. Elle permet au service patrimoine de poursuivre ses actions dans un lieu adapté. Actuellement le service patrimoine accueille plus de 1000 scolaires chaque année autour de visites guidées et d’ateliers.

Case 3 / un espace de recherche et de documentation
Les transportés de 3ème Classe appelés également les « incorrigibles » étaient enfermés dans 8 cases du Camp de la Transportation, séparés d’une grille des 1ères et 2nde Classes. En fonction de leur comportement durant leur détention, les transportés pouvaient passer de 3ème  à 2nde Classes puis à 1ère Classe.
Le projet du Centre d’Interprétation de l’Architecture et du Patrimoine intègre une espace de réserve consacré au fonds documentaire et iconographique et un espace de consulta tion en case 3 dont l’ouverture est prévue en 2015. Il y est aménagé l’accueil des usagers : grand public, chercheurs, généalogistes, classes, demandes de renseignement sur l’histoire de la commune. La transportation a concerné 70 000 plus de personnes en exil, la ville assure donc un véritable accompagnement et une aide appuyée à toutes les recherches généalogiques des enfants et petits-enfants de bagnards à la recherche d’informations sur les parcours d’exil de leurs ancêtres .

CIAP-histoires

Les lieux d’histoire du bagne

La salle de la relégation collective / une salle d’exposition temporaire
Cette salle était destinée à l’enfermement des relégués (multirécidivistes dépendant du Camp de Saint-Jean-du-Maroni) en attente de jugement auprès du Tribunal Maritime Spécial juridiction propre au territoire du Maroni.
La salle d’exposition temporaire est dédié à l’Art contemporain du plateau des Guyanes, et de l’arc caribéen. Elle offre aux artistes locaux un espace de création et de présentation de leur travail.

Les salles anthropométriques, chapelle et cuisine
Construit en 1892, et restauré en 1992, puis en 2014, cet espace est composé de trois salles distinctes. Au centre, la cuisine du Camp de la Transportation, de part et d’autre, la chapelle où, à une certaine époque, était célébrée la messe pour les transportés et la salle anthropométrique destinée à l’immatriculation des transportés.
Il s’agit de mettre en avant l’histoire du Camp de la Transportation en tant que patrimoine commun aux habitants de Saint-Laurent-du-Maroni, mais aussi histoire particulière de France. Cette salle d’exposition sur la Transportation répond à une double demande, il s’agit de répondre à une double demande, celle du public touristique qui parfois vient en Guyane sur les traces d’un aïeul bagnard, celle de la population guyanaise pour qui cette histoire a longtemps été laissée dans l’oubli. Cette exposition permet à travers une atmosphère multi-sensorielle composée d’images et de sons de comprendre l’histoire de la Transportation et ses enjeux, ou non enjeux, de sa création à sa fermeture.

Case 2/ case témoin
Destinées aux transportés de 1ère et 2nde Classes les mieux notés, les cases-doubles sont cloisonnées à partir de 1933 en cellules individuelles comprenant hamacs, tablettes et portes en bois à l’intention des ouvriers d’art.
L’objectif de cette case témoin est de restituer au public l’ambiance et l’aspect des espaces individuels et collectifs du temps carcéral. De nombreux vestiges de décors anciens figuratifs ou géométriques peints par les bagnards sont visibles et restaurés

CIAP-ville

Les lieux d’histoire de la ville

Case 12 / la ville en chantier
Le visiteur découvre les quartiers anciens, puis les berges du Maroni du village Paddock à celui de Balaté. Accompagnés de témoignages de Saint-Laurentais et illustrés par des maquettes, ce parcours d’exposition s’attache aux modes d’habiter et aux typologies des différents quartiers. À l’étage, un espace d’exposition temporaire, une vaste carte de la ville et un système d’accrochage adaptable permet d’appréhender la ville en chantier. La première exposition à occuper cette salle est celle d’ « Une AVAP pour la ville de Saint-Laurent-du-Maroni  ».

Case 11 étage / les voix de la ville
Riche d’une population aux identités plurielles, la ville se déploie le long du fleuve et vers l’intérieur. Ses quartiers rappellent son passé pénitentiaire, la proximité du fleuve Maroni et du Suriname et la mosaïque des peuples et des métissages qui font l’histoire de l’ouest guyanais. Autant de facteurs qui justifient la mise en œuvre d’une vaste action patrimoniale de sauvegarde et de valorisation des mémoires des habitants. Dés 2011, le service patrimoine effectue une collecte d’archives orales, de nombreux Saint-Laurentais y participent. En 2013, grâce à l’intervention de l’association Les voix de la ville et en partenariat avec l’office du Tourisme, ces témoignages donnent lieu à 6 visites guidées par audio-guides. Il était alors évident de donner la parole aux habitants au Camp de la Transportation. Ainsi, une dizaine de témoignages sont présentés dans les anciennes cellules individuelles de l’étage de la case 11. Par le don de leur voix, de leur image et d’un objet, ces témoins nous offrent leur vision de la ville.

L’histoire des bagnes de Guyane sur Criminocorpus

bagnes-coloniauxCriminocorpus propose de nombreuses ressources sur l’histoire des bagnes de Guyane, en voici quelques-unes :

– Une chronologie générale sur la transportation, la déportation et la relégation (par Louis-José Barbançon)

– Un dossier thématique sur l’histoire des bagnes coloniaux (coordonné par Marc Renneville), avec des articles de Danielle Donet-Vincent, Louis-José Barbançon, Michel Pierre, Hélène Taillemite, Jean-Lucien Sanchez, Pierre-Henri Zaidman, Philippe Poisson et Marc Renneville.

Deux belles expositions virtuelles à voir ou à revoir dans le cadre du projet de Musée d’histoire de la justice :
Une exposition sur le camp de la relégation de Saint-Jean-du-Maroni (Association Meki Wi Libi Na Wan / Jean-Lucien Sanchez)
Une exposition originale offrant une vision du bagne en relief (par Pierre-Jérôme Jehel et Franck Sénateur)

Dans la bibliothèque virtuelle, des documents exceptionnels :Berryer-presentation

– Une série de cartes postales (collection Michel Roger)
– Les mémoires inédits du condamné Vere Saint-Leger Goold (collection Philippe Collin)
– Dans la collection Philippe Zoummeroff :
Consignes pour la surveillance des déportés en partance pour Cayenne (1797)
Attestation d’arrivée de 16 déportés à Cayenne (1797)
Lettre sur l’insalubrité du site de Sinnamary (Guyane) pour les Déportés (1797)
Paul Clémençon. Album. Cayenne [dessins, aquarelles et photographies] (1873)
Bagne de Guyane : Caricatures de L.K. [aquarelles] (1929)
Berryer : Sept mois au bagne (1931)


Vous aimerez aussi...