Justice et répression de la criminalité en temps de peste. L’exemple de l’épidémie marseillaise de 1720-1722 (Fleur Beauvieux)

Criminalité pendant la pesteLe bras du Seigneur étoit encore levé sur nous, que l’on voyoit parmi le peuple un débordement général, une licence effrénée, une dissolution affreuse.

Cette citation du docteur Bertrand, témoin direct de la peste marseillaise de 1720, résume bien les discours des contemporains de l’époque : les temps d’épidémie seraient des temps propices au désordre et à la montée de la criminalité, notamment dans le « peuple ». Révélatrice des dissertations des élites sur les catégories populaires, elle montre comment ces dernières étaient considérées, ici par le personnel médical. La dernière grande peste que connut l’Occident arrive à Marseille à la fin du mois de juin 1720, dès l’accostage d’un bateau en provenance de Syrie, Le Grand Saint-Antoine, chargé d’étoffes infectées par le bacille de Yersin. Cette maladie étant fulgurante, il meurt dans les premiers mois jusqu’à mille personnes par jour ; il s’agit du paroxysme de l’épidémie. Après un temps de désorganisation suite à la montée exponentielle de la mortalité et la fuite des principaux habitants, la maladie stagne un moment puis décroit peu à peu. Un commandant militaire est ensuite nommé à la tête de la ville par la Royauté, ce dernier ayant pour principale tâche de ramener l’ordre dans une ville dévastée par le fléau : c’est la période de l’apaisement, de mi-septembre à la fin décembre 1720. Une « police de peste » est alors créée, afin de régler les différents aspects de la vie de la cité : des modalités de gestion spécifiques de l’espace urbain et de ses habitants sont alors mises en place. S’ensuit la « liquidation », c’est-à-dire le dénombrement général des morts et des vivants, la gestion des biens des décédés et surtout le travail de désinfection de la ville, de janvier à septembre 1721. Pendant les six mois suivants, les Marseillais bénéficient d’une reprise de la vie ordinaire, mais la ville reste toujours isolée du reste de la Provence, où l’épidémie s’est étendue. En mai 1722, et ce jusqu’à la fin de la même année, une nouvelle peste apparait : c’est la période de la Rechute. Bien que ce sursaut épidémique soit beaucoup moins meurtrier que le précédent – 200 morts par jour maximum, alors que la précédente peste a causé la perte de la moitié de la population terroir inclus, soit environ 50 000 personnes –, toutes les mesures jusqu’alors adoptées par le pouvoir urbain pour enrayer la maladie sont réactivées et durcies.

Lire la suite de cet article de Fleur Beauvieux sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...