“Mon oncle de l’ombre” – Stéphanie Trouillard

Je vous présente mes meilleurs vœux pour l’année 2019. Quelle année 2018! Quelle aventure avec la sortie de mon premier livre “Mon oncle de l’ombre”! Merci à tous pour votre soutien! Sans vos encouragements et votre relais, cela n’aurait pas été possible. J’ai eu la chance de rencontrer beaucoup d’entre vous au cours des dernières semaines. Vos paroles et vos compliments me donnent de l’énergie pour continuer à porter la mémoire d’André et de ses camarades. L’année 2019 s’annonce encore comme très riche! “Mon oncle de l’ombre” n’a pas fini de voyager!

 

Voici les dates des prochaines dédicaces et conférences :

 mardi 8 janvier : conférence à la mairie du XVe arrondissement, à Paris (75), à 16h
 samedi 12 janvier: conférence à la médiathèque de Saint-Jean-Brévelay (56), à 15h
 samedi 26 janvier: conférence au musée de la Résistance de Bondues (59), à 15h
 vendredi 1er février: dédicace à la librairie Lenn ha dilenn, à Vannes (56), à partir de 15h30
 vendredi 1er février: conférence à Ti ar Vro – Bro Gwened, à Vannes (56), à 20h30
 samedi 9 février: dédicace au Salon Lire La Bretagne, à la mairie du XIVe, à Paris (75), de 10h à 12h30

12 juillet 1944. Des rafales de mitraillettes brisent le silence de l’aube dans une ferme du Morbihan. André Gondet, 23 ans, s’écroule sous les balles au milieu de ses camarades résistants. Ce sanglant épisode marque les habitants des environs au fer rouge. Dans la famille Gondet, la douleur serre la gorge et scelle les lèvres. La souffrance est aussi vive que silencieuse. Soixante-dix ans plus tard, André n’est plus qu’un nom sur un monument aux morts. De lui, il reste seulement un portrait dans un vieux cadre accroché sur un mur de la maison familiale. Une photo qui finit par attirer le regard et la curiosité de l’une de ses petites nièces. Qui était cet homme dont son grand père ne prononçait pas le nom? Quel était son combat? Par quoi était-il animé?

Pendant cinq ans, la jeune femme arpente les salles d’archives, interroge des témoins de cette période, s’échine à briser la solide chape de plomb qui continue d’entourer ce massacre. Grâce à ses remarquables recherches, un incroyable travail de fourmi qui l’amène jusqu’en Allemagne, elle assemble petit à petit les pièces du puzzle de la courte existence de ce maquisard breton. En se lançant sur les traces de ce héros ordinaire, elle rencontre aussi tous les acteurs de la guerre, aux rôles plus ou moins troubles, parfois glorieux, parfois honteux.  De son minutieux travail est né un récit poignant, “Mon oncle de l’ombre “.

Journaliste pour France 24, Stéphanie Trouillard est originaire de Nantes avec des racines familiales dans le Morbihan. Depuis plusieurs années, elle s’est spécialisée dans l’histoire de la Première et de la Seconde Guerre mondiale. Elle a notamment réalisé en 2017 un webdocumentaire “Si je reviens un jour”, les lettres retrouvées de Louise Pikovsky, l’histoire d’une jeune lycéenne parisienne déportée à Auschwitz. Ce travail de mémoire a été récompensé par de nombreux prix en France et en Europe.

Merci et bien cordialement.


Vous aimerez aussi...