Série noire en Lot-et-Garonne : quand Monflanquin inaugurait « la Veuve » !

Jean-Michel Armand est chercheur en histoire pénale et revient sur l’utilisation de la guillotine. 

« J’ai fait une machine, Qui met les têtes à bas. C’est un coup que l’on reçoit, Avant qu’on s’en doute, À peine on s’en aperçoit. »

Les Monflanquinois ont-ils chanté ce couplet à la mode ce 18 octobre 1792 en rejoignant la grande place de la bastide pour aller voir la Louison, le rasoir national, cette « machine égalitaire…

Publié le 02/01/2019 à 17h10 par Jean-Michel Armand.
Presse Sud Ouest

Vous aimerez aussi...