Politiques et pratiques de la psychiatrie en prison 1945-1986. Des annexes psychiatriques aux services médico-psychologiques régionaux (SMPR) (Hélène Bellanger)

L’histoire intellectuelle et réglementaire des relations entre psychiatrie et exécution des peines du XIXe siècle aux années 1930 est désormais relativement balisée, avec des séquences temporelles identifiées par des débats et des grands textes fondateurs. Mais la connaissance du développement concret de la prise en charge psychiatrique des détenus depuis la Libération reste lacunaire, essentiellement basée sur les récits des professionnels. Or, la Seconde Guerre mondiale apparaît comme une discontinuité majeure dans ce processus de réformes des deux institutions d’enfermement. En effet, la rupture morale et politique et les critiques radicales de l’asile1 comme de la prison imposées par la guerre ravivèrent l’impérieuse nécessité de l’humanisation, et donc de la médicalisation des établissements. Mais le dixième principe de la réforme pénitentiaire de 1945 portait une promesse (créer un service médico-psychologique dans les principales maisons d’arrêt) qui ne fut tenue que quarante ans plus tard ; pourquoi ? Le décalage entre les textes et la réalité étant une constante de l’histoire pénitentiaire, il était intéressant de voir comment un énoncé réformateur fut transformé en réalité, en histoire vécue dans la durée. Le travail sur les archives relatives à l’action médico-sociale de la Direction de l’Administration pénitentiaire, les publications et témoignages des praticiens effectué dans le cadre de cette recherche ANR, nous ont permis de combler des lacunes concernant les conditions d’intervention et l’action des praticiens, mais également de mieux comprendre l’articulation entre les politiques et leur pratiques…

Lire la suite de cet article de Hélène Bellanger sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...