La guillotine carcérale. Silence, on meurt

Le 10 décembre 1984, Laurent Jacqua s’est rendu dans un commissariat de police. Il y a raconté que c’était lui qui, la veille, agressé avec son amie par un groupe de skins, avait tiré avec une arme à feu qu’il portait sur lui. Un de ses agresseurs était mort. Laurent Jacqua avait dix huit ans. Il allait être condamné à dix ans de réclusion. Pour lui, cette condamnation reste aussi injuste que sa séropositivité révélée en prison. Depuis, sa vie s’est pratiquement déroulée entièrement en détention, ponctuée d’humiliations, de violences subies et commises, d’évasions, de révoltes, de récidives, de cours d’assises, de condamnations s’ajoutant aux condamnations. Il a décidé de raconter. Tout. Ceux qui veulent que la condamnation impose le silence seront sans doute, une nouvelle fois, indignés par ce récit. Beaucoup d’autres, il faut l’espérer, entendront ce cri d’un homme qui, quoi qu’il ait fait, vaut ce que valent tous les autres hommes, simplement parce que, membre de la famille humaine, il est leur égal en droit et en dignité.

  • Éditeur : Nautilus éditions (16 novembre 2002)
  • Collection : Nautilus

Condamné à la prison ferme pour homicide volontaire à l’âge de 18 ans, Laurent Jacqua tombe alors dans un cycle alternant braquages, détention et évasions avant de faire une rencontre, décisive avec la culture et la littérature. C’est au fond d’un cachot qu’il a préparé, à l’aide d’un stylo, sa remise en liberté. Incarcéré à l’âge de dix-huit ans, Laurent Jacqua est au départ réfractaire à toute forme d’autorité et passe de longs séjours au mitard. C’est dans ces quartiers d’isolement qu’il subira une trithérapie. “Je ne dors plus, je ne mange plus, je meurs, j’agonise et je n’ai plus de force, de résistance. […] Personne ne s’inquiète, je meurs en cellule seul comme un chien.”, écrit-il dans son blog, le premier tenu par un prisonnier. Sorti en janvier 2010 de la maison centrale de Poissy, il se bat aujourd’hui pour l’amélioration des conditions pénitentiaires en général, et plus particulièrement celles des malades du SIDA.
 
This talk was given at a TEDx event using the TED conference format but independently organized by a local community. Learn more at http://ted.com/tedx
 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.