S’évader de Saint-Maurice l’Ardoise (Didier Lavrut)

 
« Pour moi, la question ne se pose pas. À quoi sert un terrain de golf ? À jouer au golf ! À quoi sert un court de tennis ? À jouer au tennis ! Un camp de prisonniers, ça sert à s’évader ! »
Pierre Fresnay dans La Grande illusion, film de Jean Renoir, 1937

Dans la nuit du 18 au 19 février 1962, l’une des évasions les plus spectaculaires de la guerre d’Algérie en métropole se produit au camp d’assignation à résidence surveillée (CARS) de Saint-Maurice l’Ardoise.

C’est là, dans la partie orientale du département du Gard, sur le territoire le plus septentrional de la commune de Saint-Laurent-les-Arbres, à une dizaine de kilomètres au sud-est d’Orange, que le 17 avril 1958, Maurice Bourgès-Maunoury, ministre de l’Intérieur, a pris la décision officielle de créer un CARS pour l’internement de nationalistes algériens. Le préfet du Gard, Yves Cazaux, s’est inquiété d’emblée des multiples inconvénients de ce choix quant à la sécurité et à la logistique [1][1]Lettre du préfet au ministre de l’Intérieur, 22 avril 1958.…. Situé à deux kilomètres à vol d’oiseau du Rhône, soumis pour cette raison à un mistral particulièrement froid en hiver, dans un environnement vallonné où se côtoient pinèdes et vignobles, le lieu cumule en effet les handicaps, avec des soucis de chauffage et d’alimentation en eau et des problèmes de vulnérabilité, la surveillance d’ensemble étant rendue impossible par la dissémination des bâtiments, l’importance des secteurs boisés et le caractère accidenté du terrain. C’est la destination première du camp qui explique son implantation : construit en 1939 pour loger le personnel travaillant à la fabrication de munitions au dépôt militaire du Génie, il s’appuie contre le versant méridional d’un mamelon dont la couverture végétale peut servir de refuge en cas de bombardement aérien. Il reste cependant inutilisé de 1941 à 1942 avant d’abriter, jusqu’en 1944, des chantiers de jeunesse. En 1945, les Russes blancs incorporés dans l’armée allemande y sont hébergés avec leurs familles. De 1945 à 1957, les bâtiments sont à nouveau inoccupés, mais les 15 hectares du camp servent occasionnellement de terrain d’entraînement pour les compagnies républicaines de sécurité [2][2]Rapport du commissaire principal de Montpellier au commissaire…

Pour en savoir plus lire l’article de Didier Lavrut sur le site de Cairn

En complément :

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.