Les colonies agricoles (Saint-Bernard et Guermanez)

[…] La grande affaire, pour les autorités, va consister dans la réforme du régime qui doit être appliqué aux mineurs. « Une prison ne sera jamais une maison d’éducation », avait proféré un ministre en charge des prisons (le comte d’Argout) au début de la monarchie parlementaire (lire le texte sur criminocorpus). À Bordeaux, Strasbourg, Marseille, avaient commencé de se mettre en place les premières colonies pénitentiaires agricoles, la plus célèbre, Mettray, ayant ouvert ses portes en 1839.

À Loos, le 30 septembre 1841, le préfet du Nord demande à l’abbé Joseph Rey, fondateur de la Société Saint-Joseph, de lui envoyer cinq frères qui seraient chargés du quartier des jeunes détenus, fort de quelque 150 pensionnaires. Les frères arrivent à Loos le 7 mars 1842, sous la houlette d’un supérieur.

Progrès insuffisant aux yeux du ministre, qui a appris le mois précédent l’existence d’une ferme dépendant de la maison centrale, où les jeunes détenus pourraient être employés aux travaux agricoles. Le préfet est réticent, le directeur (Dumont) enthousiaste. L’entrepreneur général Casse se dit prêt pour sa part à gérer la ferme et à y aménager des locaux pour 30 à 40 enfants moyennant un prix de journée (exorbitant) de 70 centimes. Contre-feu du sous-directeur Durand : louer une trentaine d’hectares aux abords immédiats de la maison centrale (dont 22 à Reynart, l’héritier des Virnot) pour y installer une colonie pénitentiaire en régie susceptible d’accueillir 160 enfants. Le 4 juin 1844, 30 jeunes détenus sont extraits de la maison centrale sous la conduite de deux frères afin de préparer la colonie [Lire l’article complet]

Nouvel article de Christian Carlier sur Criminocorpus, dans le cadre de l’exposition virtuelle qu’il dirige sur l’histoire des prisons de Loos (voir le sommaire de l’exposition)


Vous aimerez aussi...