La Danse des Ombres (Mehdi Dadsetan)

Saïd est Iranien. À Téhéran, il était un médecin respecté. Contraint de se réfugier en France après la révolution islamique, il est devenu gardien de nuit dans un laboratoire pharmaceutique, en banlieue parisienne.

La nuit, tandis qu’il arpente, seul, le bâtiment dont il a la garde, l’obscurité qui l’entoure est hantée par les fantômes de ses compagnons de lutte, assassinés ou morts sous la torture.

Surgit parfois, aussi, une apparition qui adoucit cependant ses songes : celle d’un amour imaginaire.

La Danse des Ombres, premier roman de Mehdi Dadsetan, est l’histoire de tous les exilés du monde : arrachés au lieu où ils se sont construits, aux rêves qu’ils y avaient projetés, éloignés à jamais de ceux qu’ils aimaient. Échoués dans un univers inconnu où ils tentent de reconstituer, pierre par pierre, une « nouvelle » vie, ils sont hantés par les « ombres » du passé : celles de ceux qui constituaient leur famille, leurs amis ; celles, aussi, de ceux qu’ils étaient « avant ». (Juliette Rigondet)

« Une maison d’édition créée en 2014 qui est la résultante d’un rêve, d’une envie, et d’une soif de lecture. J’ai toujours aimé la lecture et l’écriture. Pour moi, les mots sonnent comme des notes de musique. Cela vient peut-être de la manière dont je me suis plongée dans ce monde merveilleux qu’est la lecture. Je le dois à ma grand-mère qui m’a appris à écrire et lire le russe en même temps que le français et le solfège. Je n’avais que trois ans et ne cessais de lui demander : « Puisque les notes portent toutes un son différent, le fait de les écrire avec un alphabet différent, est-ce que cela leur apporte un son différent ? » Anne Selivers, directrice des Editions Rod et auteure des romans « De Saint-Pétersbourg à Paris » et Sotchi for Ever.