Justice et guerre – de l’Antiquité à la Première Guerre mondiale

Date de publication le 20 mai 2011 –  arma togae, écrivait Cicéron, « que les armes le cèdent à la toge ». Son vœu, que la force militaire s’incline devant l’autorité du magistrat, sous-entend que la guerre est un temps sans justice, un temps de suspension du droit. Cet ouvrage, issu d’un colloque organisé à Amiens en novembre 2009 par le Centre d’histoire des sociétés, des sciences et des conflits de l’Université de Picardie, s’intéresse au contraire à la possibilité d’une justice en temps de guerre, depuis l’Antiquité romaine jusqu’à la Première Guerre mondiale, en France et en Belgique. Les vingt-trois communications rassemblées ici tentent d’appréhender l’activité des institutions judiciaires dans le contexte guerrier. Elles étudient le fonctionnement de la justice ordinaire en temps de guerre, c’est-à-dire la transformation des objets, des moyens, des buts des institutions judiciaires préexistantes, ainsi que la réorganisation institutionnelle qui découle de la situation conflictuelle. Elles mettent en valeur la mise en place d’une justice spécifique au temps de guerre et soulignent l’émergence d’une véritable justice militaire. Elles s’attachent enfin à décrire le rôle des institutions judiciaires dans la sortie de guerre : l’utilisation de la justice civile pour ramener une communauté à la paix ou les pratiques d’épuration ou d’amnistie sont en effet des thématiques qui traversent les siècles.

Marie Houllemare est agrégée d’histoire et maître de conférences en histoire moderne à l’université de Picardie Jules Verne (Amiens), membre du Centre d’Histoire des Sociétés, des Sciences et des Conflits (Équipe d’accueil 4289, Université de Picardie) et membre associé au Centre d’Étude d’Histoire Juridique (Institut d’Histoire du Droit, UMR 7184). Spécialiste d’histoire des institutions et de la justice à l’époque moderne, elle s’est intéressée surtout aux parlements de Paris et de Savoie, en considérant la culture des magistrats et des avocats, la rhétorique judiciaire et la publicité faite aux procès. Auteur de Politiques de la Parole, le Parlement de Paris au XVIe siècle, Genève, Droz, 2011, elle poursuit désormais une enquête sur la justice dans les colonies françaises au XVIIIe siècle, à travers une étude comparative du fonctionnement des conseils souverains et des sanctions pénales (tout particulièrement le bannissement et la réduction en esclavage).

Marie Houllemare est membre du comité de rédaction de Criminocorpus.

Marie Houllemare est membre de l’AHMUF.

Philippe Nivet.© Droits réservés – La République du Centre

Spécialiste de la Première Guerre mondiale, Philippe NIVET travaille en particulier sur le sort des civils français pendant ce conflit. Il a auparavant publié une étude sur les « Boches du Nord », les réfugiés français de la Grande Guerre. Philippe Nivet est professeur d(histoire contemporaine à l’Université de Picardie Jules Verne, dont il est le vice-président depuis 2012

Éditeur Encrage distribution

Collection Hier

 

 


Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.