La maison d’arrêt de Loos

Après celui de la Seine, le département du Nord est le plus industrialisé, le plus riche et le plus peuplé des départements français pendant tout le XIXe siècle (1,16 million d’habitants en 1851, presque trois fois la moyenne nationale). La densité est quatre fois supérieure à la moyenne nationale. Dans ce département dont les habitants disposent des plus hauts revenus en France, les écarts sociaux sont considérables : le Nord regorge de pauvres, la mendicité y est un fléau endémique. Un seul chiffre : encore en 1900, la mortalité infantile est à Lille de 383 pour mille dans la très populeuse rue des Étaques, de 40 pour mille dans la très bourgeoise rue Royale. Sans commentaire.

Le Nord est un des départements français parmi les plus urbanisés : 50 % de population urbaine (la moyenne nationale est de 31 %) en 1865, mais la grande criminalité y est plus de deux fois moindre (2 % de grands criminels contre 5 % en France). La population pénale y est cependant trois à quatre fois supérieure à la moyenne nationale dans les années 1840-50. S’il y a moins de grands criminels, on y compte cinq fois plus de dettiers d’état (10 % contre 2 %, à cause de la contrebande) et six à sept fois plus de mineurs, vagabonds pour la plupart. 17 % des prisonniers du Nord sont des dettiers et des mineurs, contre 4 % en France. Sources principales de cette délinquance : les orphelins de Paris, qui viennent travailler dans les mines dès l’âge de 12 ans, et les Belges. [Lire l’article complet]

Article de Christian Carlier sur Criminocorpus, dans le cadre de l’exposition virtuelle qu’il dirige sur l’histoire des prisons de Loos (voir le sommaire de l’exposition)


Vous aimerez aussi...