Clémence-Annick Burgard, une des dernière voix de la Résistance

Une des dernière voix de la Résistance  : Clémence-Annick Burgard

Originaire de Lyon, Annick Burgard, née Clémence Jayet, est étudiante en droit en 1940. Partageant les convictions gaullistes de ses parents qui cachent chez eux des évadés, elle entre rapidement dans la Résistance. Au sein de la faculté, elle diffuse des tracts avec ses camarades et fait de la propagande.

Au contact de Serge Ravanel qui fréquente la maison familiale, elle entre au mouvement Libération-sud comme agent de liaison sous le nom d’« Annick ». Elle transmet des messages dans la région lyonnaise, la Savoie, le Jura, l’Ain, la Saône-et-Loire et participe à la préparation de parachutages clandestins.

Dénoncée, elle est arrêtée à l’été 1944 et très durement interrogée. Internée à la prison de Montluc à Lyon elle est libérée fin août 1944, une semaine avant le départ des Allemands.

Après la guerre, elle décide de conserver son nom de guerre. Elle s’appellera Clémence-Annick, pour la vie.

Elle s’était installée près de Livarot en 1980. Depuis, elle intervenait régulièrement devant des écoliers normands, avec le soucis de partager l’esprit de la résistance. Elle s’est éteinte à l’âge de 95 ans ce mercredi 16 janvier. Respect