La Cour de révision refuse d’annuler la condamnation de Seznec

Puisque la décision de la Cour de Cassation sur la célèbre affaire Seznec avait été qualifiée longtemps à l’avance, par les médias, « d’historique », vous trouverez ci-dessous la dépêche AFP relative à cette décision.

Ce message sera le dernier de l’année 2006. Place aux fêtes !

A très bientôt sur Criminocorpus-info.

Dépêche AFP du 14/12/2006 14h47

Denis Seznec le 5 octobre 2006 devant la Cour de cassation à Paris
©AFP/Archives – Olivier Laban-MatteiPARIS (AFP) –

La Cour de révision a rejeté jeudi la demande d’annulation de la condamnation de Guillaume Seznec, présentée par Chancellerie, a annoncé le président de la Cour, Bruno Cotte.

Le président de la cour de révision, qui lisait l’arrêt, a fait valoir qu’il n’existait « aucun fait nouveau ou élément inconnu de la juridiction le jour du procès, de nature à faire naître un doute sur la culpabilité de Guillaume Seznec ».

A l’énoncé de la décision, le petit fils de Guillaume Seznec, Denis Leher-Seznec s’est exclamé: « c’est absolument honteux ! ».

Guillaume Seznec a été condamné le 4 novembre 1924 par la cour d’assises du Finistère aux travaux forcés à perpétuité pour le meurtre de son ami, Pierre Quémeneur, qu’il a toujours nié.

Gracié en 1947 pour bonne conduite après 20 ans passés à Cayenne, Guillaume Seznec est mort en 1954.

Les magistrats de la chambre criminelle de la Cour de cassation, réunie en Cour de révision et présidée par Bruno Cotte, ont décidé de rejeter la demande de révision qui avait été présentée le 31 mars 2001 par la Chancellerie, à l’époque où Marylise Lebranchu, originaire du Finistère, était Garde des Sceaux.


Vous aimerez aussi...

1 réponse

  1. Penaud dit :

    On ne peut qu’être admiratif devant le nouveau défi lancé par Robert Hossein qui a décidé de présenter et d’animer, à compter du 26 janvier 2010, une pièce de théâtre interactive ayant pour titre « L’Affaire Seznec ». Les spectateurs qui assisteront à ce spectacle auront à se prononcer à l’issue de la représentation sur la culpabilité ou l’innocence de Guillaume Seznec. Cette pièce représentera en fait le procès de 1924 qui a condamné l’enfant de Plomodiern au bagne. Lors de quelques interventions dans la presse, Robert Hossein mentionne qu’il ne donnera pas son opinion sur la culpabilité de Seznec avant la fin des représentations. Les faits seront-ils présentés en toute objectivité au public ? On peut en douter, puisque Robert Hossein, qui non seulement est membre de l’association France-Justice de Denis Le Her/Seznec, mais a aussi lui-même précisé qu’il avait soumis le manuscrit à Denis Le Her/Sezsnec, petit-fils et soutien indéfectible de Guillaume Seznec, avec lequel il a même l’intention d’intervenir à la radio ou lors de conférences. Compte tenu de tous ces éléments, il est d’ores et déjà certain que tout est fait pour que le résultat des spectateurs soit acquis d’avance. Dommage que Robert Hossein n’ait pas donné la parole à un historien qui rappellerait tout ce qui s’est passé dans cette affaire depuis 1924 et résumerait, hors de toute passion, cette affaire Et surtout, pourquoi ne pas avoir tenu compte des diverses décisions de la Cour de cassation, qui démontent tous les faux arguments avancés, au fil des ans, par ceux qui ont souhaité la révision de cette affaire.