De 1939 à 1946, la France des camps (Denis Peschanski)

Photo Gabriel Hackett/Getty Images.

Phénomène touchant 600 000 « indésirables » et servant les logiques d’exception puis d’exclusion qui ouvriront la voie à celle de l’extermination, l’internement dessine, à travers 200 camps, une carte méconnue de la France des années noires.

Rieucros, janvier 1939 : dans cette bourgade de Lozère, il y a exactement quatre-vingts ans, ouvre le premier camp d’internement. Sont alors visés les « indésirables étrangers ». Mais – on le sait – bien des catégories sont concernées entre 1939 et 1946. Pas moins de 200 camps et quelque 600 000 personnes : tel est le bilan auquel je suis arrivé. Qu’entend-on par « internement administratif » ? Comme son nom l’indique, il s’agit d’un enfermement qui vise des personnes non pour des crimes ou des délits qu’elles auraient commis, dans le cadre classique des procédures police-justice, mais pour le danger potentiel qu’elles représentent pour l’État et la société.

1939-1946 : on comprend les enjeux. Peut-on y voir une continuité des politiques ou des différences de nature ? C’est ce dernier point de vue que nous retenons au vu des politiques suivies, sans négliger cependant les éléments de continuité.

Avant même la défaite, de nombreuses catégories sont visées par des mesures d’internement administratif. À Mende, ce sont les victimes d’une première loi majeure, du 12 novembre 1938, qui permet l’internement administratif des « indésirables étrangers ». Devant le danger de guerre imminente, Daladier, président du Conseil, navigue entre la compromission de Munich, deux mois plus tôt, et une nouvelle fermeté, au moins dans le discours, trois mois plus tard. Dans le même temps, la xénophobie, toujours plus présente dans l’opinion, est relayée au plus haut sommet de l’État.

Mais une autre catégorie est bientôt concernée : les Espagnols et les volontaires des Brigades internationales qui passent alors la frontière dans ce qu’on a appelé la « Retirada ». La défaite face à Franco se traduit en particulier par le passage de la frontière pyrénéenne de plus de 450 000 hommes, femmes et enfants, dont 350 000 sont « accueillis » dans des camps de fortune. N’ayant absolument rien anticipé, le gouvernement improvise des camps sur les plages pyrénéennes, d’abord à même le sable, puis dans des baraques… dont la construction est imposée aux Espagnols eux-mêmes. Bientôt de nouveaux et vastes camps, comme celui de Gurs, seront construits par les autorités françaises.

Mesure d’exception donc, mais comment les réfugiés peuvent-ils alors prendre un tel accueil alors qu’ils ont combattu le putsch de Franco, soutenu par Hitler et Mussolini ?

La situation est peut-être plus caricaturale encore pour ceux qu’on appelle les « ressortissants de puissances ennemies », c’est-à-dire les Allemands et Autrichiens présents en France au moment de la déclaration de guerre de septembre 1939. Mesure d’exception logique a priori : le pays est en guerre. Encore fin 1939, on compte 18 000 Allemands et Autrichiens internés par mesure administrative. Imaginons l’absurdité de la situation :…

Pour en savoir plus lire le billet publié le jeudi, 17 Janvier, 2019 par Denis Peschanski sur le site du journal https://www.humanite.fr/article-sans-titre-666311


Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search