1938 : Maurice Viollette contre la loi anti-étrangers

Maurice Viollette à son bureau de député d’Eure-et-Loir, 1917, Agence Rol – source : Gallica-BnF

« Pour la première fois, une vague de xénophobie traverse notre pays » : 1938, Maurice Viollette dénonce les conséquences de la loi anti-étrangers.

Le 2 mai 1938, un décret-loi sur les étrangers durcit les conditions d’entrée et de séjour de ceux-ci en France. Viollette, ancien ministre de Léon Blum, s’insurge de ce qu’il appelle « une vague de racisme ».

En 1938, la France compte de nombreux étrangers : Polonais, Italiens, Allemands, Espagnols… S’ajoutent à ces immigrés déjà installés des milliers de réfugiés politiques fuyant les régimes dictatoriaux : opposants à Mussolini et à Hitler, Juifs sans papiers venus d’Europe de l’est et encore Espagnols républicains fuyant la dictature de Franco.

Le 2 mai 1938, le gouvernement Daladier passe une loi pour intensifier la traque des illégaux. Dans les faits, ce sont tous les étrangers qui se retrouvent ciblés par l’administration française. Maurice Viollette, ancien ministre du Front Populaire, dénonce cette nouvelle loi dans le Journal de la Ligue des Droits de l’homme

Pour en savoir plus lire le billet publié  par Michele Pedinielli  le 08/08/2018 sur le site de Retronews

____________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

Né en 1870 à Janville, Maurice Viollette est certainement la principale figure politique du XX° siècle en Eure-et-Loir. Député à 32 ans en 1902, il est ministre du ravitaillement sous l’Union Sacrée en 1917, gouverneur général de l’Algérie sous le Cartel des Gauches de 1925 à 1927 et ministre d’Etat sous le Front Populaire en 1936. Il quitte le parlement à 86 ans en 1956, reste maire de Dreux de 1908 à 1959, et président du Conseil général d’Eure-et-Loir de 1920 à sa mort en 1960.

Sans être jamais membre du parti radical, Maurice Viollette fut toujours considéré en Eure-et-Loir comme un radical, parce qu’il avait succédé au radical Louis Terrier, parce qu’il laissa son siège au radical Edmond Desouches, et parce qu’entre ces deux dates, il fut toujours l’allié des radicaux et leur chef, au Conseil général comme au sein du journal et de la machine électorale de la rue des Changes à Chartres…

Pour en savoir plus et lire la biographie très détaillée de Maurice Violette sur le site de

 http://piste.de.lormaye.over-blog.com/pages/Maurice_Viollette


Vous aimerez aussi...