Projet de documentaire sur Paul Sarrette et le maquis Louis – Laurence Delleur. Journaliste, réalisatrice

 

Laurence Delleur. Journaliste, réalisatrice freelance

« Je vais me battre non pas pour un mot, pour la gloire ou un drapeau, mais pour vous, pour les hommes, les femmes et les enfants, pour que vous viviez sans connaître encore les horreurs d’une guerre. Ce que nous avons de plus précieux, notre être avec son existence, ses pensées, ses actions et sourires, est menacé d’esclavage, avec une vie autre, sans bonheur. Cela ne sera jamais parce que des jeunes gens comme nous ont sacrifié leur vie, parce qu’ils se sont battus jusqu’à la fin. »

Ces mots sont ceux de mon grand-oncle, Paul Sarrette, le frère de ma grand-mère maternelle. Il a écrit cette lettre à ses parents avant de sauter en parachute depuis l’Angleterre. Ses parents ne l’ont jamais revu.

Il y a quelques semaines j’ai fait mon baluchon et je me suis rendue dans cette magnifique région du Morvan. J’y ai rencontré des hommes et des femmes qui chacun de leur côté ont oeuvré pour que la mémoire du maquis Louis perdure.

Je suis réalisatrice de documentaires et j’ai pour projet d’honorer moi-aussi la mémoire de Paul et de ces maquisards qui n’ont pas hésité à risquer leur vie pour nous à travers un film.

Je voudrais vous raconter l’histoire de ce fils d’un architecte niçois, amateur de cigares et de jolies filles. L’histoire d’Amédée, de Contran, de Paul Saulieux, de Paul Sawyer, les pseudos de cet agent du SOE, un service secret anglais créé par Churchill. L’histoire d’un héros, chef à vingt-deux ans d’un maquis dans le Morvan fort de plus de mille hommes. L’histoire de Paul, décédé le 5 septembre 1944 par l’éclat d’une grenade lors d’un tir d’essai de mortier, à cinq jours de la libération de la ville voisine de Luzy.

La seule photo que nous ayons de Paul au maquis

Je voudrais vous raconter l’histoire d’un volet méconnu de la Résistance, celle des membres de la section française du SOE, le Special Operations Executive, un service secret créé par Winston Churchill dès 1940 pour soutenir le débarquement allié et freiner les Allemands dans leur retrait.

Le maquis Louis a été l’un des plus grands maquis du Morvan. Il a reçu près de vingt parachutages par les Anglais, leur apportant les armes et l’argent dont les autres maquis de la région manquaient parfois. Paul n’a pas hésité d’ailleurs à soutenir les autres maquis via le colonel Roche, chef des FFI de la Nièvre.

La sœur de Paul, ma grand-mère, est toujours en vie, la fiancée de Paul également. J’ai retrouvé ces deux derniers mois pas moins de cinq anciens maquisards du maquis Louis encore en vie, qui ont connu Paul. Ils ont tous plus de 90 ans. Aussi, il n’y a pas de temps à perdre pour recueillir leur témoignage. J’ai donc lancé un crowdfunding pour pouvoir financer les premiers tournages avant qu’il ne soit trop tard…

Je dispose également d’archives précieuses : la famille de Paul a conservé ses lettres, ses photos, leur correspondance après-guerre avec les camarades de Paul au maquis.

Enfin, l’école primaire de Chiddes dans la Nièvre va porter le nom de Paul en avril prochain. Ce sont les élèves qui ont souhaité lui rendre cet hommage.

Aujourd’hui je souhaite réaliser ce projet personnel mais qui, je le crois, aborde des valeurs universelles. Tous les témoignages de gens qui ont connu de près ou de loin le maquis Louis sont les bienvenus.

Laurence Delleur,  laurencedelleur@gmail.com

Lien vers le crowdfunding que j’ai lancé : https://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/le-heros-de-la-famille-paul-sarrette-chef-d-un-maquis-de-mille-hommes-a-22-ans

 


2 réponses

  1. GD dit :

    tu es émouvante et dans le bon ton

  2. Daniel MINé dit :

    mon père Georges Miné a rejoint le maquis le 16 juillet 1944 à l’âge de 22 ans.

    Afin de participer à votre financement, je vous adresse, par courrier un chèque.