Contre la haine en ligne, des internautes s’organisent

Des think tanks, associations et groupes Facebook ont mis au point quelques stratégies pour rendre le web plus pacifique. | T. Chick McClure via Unsplash

«Qu’ils rentrent chez eux! » «Ils profitent du système.» «Et le sort de nos SDF alors ? » Sous chaque article de presse relayé sur les réseaux sociaux faisant état du sort de quelques migrantes et migrants en Normandie ou à Calais, les commentaires haineux ne manquent pas de s’empiler. Parfois un individu tente d’y faire face. Il se lance alors dans une discussion, point de vue contre point de vue pour tenter d’opérer sur la partie adverse un revers d’opinion.

C’est le cas de Simon. Pendant quelques minutes ou une heure chaque jour, il réagit à la haine. Parfois, il interroge : «Avez-vous lu tout l’article?». Parfois, il déconstruit: «Non, un migrant seul ne bénéficie pas d’une carte de retrait lui allouant quarante euros par jour». À 25 ans, ce travailleur social était fatigué de voir «Facebook devenir une poubelle de l’humanité».«Derrière son écran, on oublie le respect et la politesse, on imagine qu’il n’y a pas de conséquences et cela mène à un mépris constant», estime-t-il…

Nina Pareja — 22 janvier 2019  – Pour en savoir plus sur le site de Slate