Les gendarmes d’internet : cybercriminalité ou la face obscure du dark web – RUBRIQUE ŒIL EN EVEIL


Le pôle judiciaire de la gendarmerie nationale s’est installé en mai à Cergy-Pontoise. Il compte une cellule entièrement dédiée à la lutte contre la criminalité passant par l’utilisation de l’Internet.

« En quelques clics de souris des pages proposent à la vente un pistolet automatique de calibre 44 magnum, « très peu servi », de la cocaïne et du crack, de faux passeports, des call-girls venues de l’Est, des recettes de fabrication de poison ou des tutoriels pour confectionner de faux papiers…. Installé depuis 2016 dans l’un des immeubles du pôle judicaire de la gendarmerie nationale (PJGN) à Pontoise, le très discret Centre de lutte contre les criminalités numériques (C3N), multiplie les investigations dans cet internet des réseaux cryptés (dark net) ou celui des pages ou des sites non répertoriés par les moteurs de recherches classiques ( dark web ou deep web), où les pirates informatiques les plus doués côtoient des trafiquants, des voyous et des criminels de tout acabit.

C’est le territoire de chasse des cyber gendarmes de C3N, une trentaine de militaires- enquêteurs issus d’une unité des recherches, mais aussi des agents N’Tech (nouvelles technologies) et des experts en criminalistique dont certains avec un doctorat en intelligence artificielle ou en électronique appliquée.

Ces nouveaux limiers du dark net défrichent, à l’aide d’un nouveau logiciel utilisé aussi par les services de renseignement, le maquis de l’internet crypté où l’anonymat est garanti et où l’anarchie fait loi. A cause de l’essor foudroyant de la criminalité numérique, le C3N est encore appelé à monter en puissance. Actuellement les cyber gendarmes sont autorisés à naviguer sur le web « sous couverture », et à se faire passer pour les clients ou les revendeurs, uniquement dans les affaires liées au terrorisme, atteintes aux mineurs, au trafic d’espèces protégées ou de faux médicaments. Le projet de loi portant la réforme de la justice, en cours d’examen, prévoit la possibilité d’étendre les investigations « sous pseudo » aux réseaux de la drogue et du trafic d’armes.

Pour l’heure, les menaces prioritaires ciblées par la C3N sont la vente de Fentanyl, une forme synthétique de l’héroïne qui sème la mort via le web, les forums de hackers et l’énorme piratage des données personnelles de 500 millions des clients d’un groupe hôtelier de renom.

La chasse aux marchés noirs est ouverte. »

Krystyna Kowalska : En collaboration avec Philippe Poisson, Krystyna rédige régulièrement et officiellement une critique de littérature policière RUBRIQUE OEIL EN ÉVEIL sur le discret carnet criminocorpus. Pour en savoir plus sur Krystina :

https://criminocorpus.hypotheses.org/59672


Vous aimerez aussi...