“L’éternité en moins”, d’Antigone Trogadis

 Un beau roman écrit dans une langue superbe...

Un matin de janvier 1967, Rosa doit fuir Rome dans des circonstances violentes et douloureuses. Traversant la mer Ionienne, elle rejoint la Grèce et s’installe à Athènes, peu avant que les Colonels ne renversent le gouvernement légitime et instaurent une dictature brutale. Sept ans plus tard, au lendemain de la chute de la junte militaire, Manos rentre en Grèce après de longues années passées au Canada et tente sa chance dans le journalisme. L’un et l’autre puiseront dans l’écriture l’énergie de résister aux périls et aux déceptions que la vie leur réserve. L’Éternité en moins est un roman qui explore la violence des sociétés méditerranéennes. C’est le roman noir du silence et du secret, de l’oppression subie et de l’illusion de la liberté. Si l’action est ancrée en Grèce pendant et après la dictature, le questionnement politique qu’il suscite est universel et intemporel : comment, derrière les mutations apparentes, une société pérennise-t-elle la domination des cyniques et des puissants ? Mais l’œuvre porte aussi sur des thèmes plus intimes. Quelle renaissance possible pour celui que la mort et le deuil ont frappé ? Comment distinguer l’amour d’une simple relation enlisée dans le conformisme. 

Antigone Trogadis est née en 1969 à Montréal (Canada) de parents grecs. Elle a grandi en Grèce, puis s’est installée en France, d’abord à Paris. Ses études de Lettres Modernes à Paris La Sorbonne, ainsi qu’une vocation précoce, la conduisent à passer avec succès le CAPES et l’Agrégation externe en 1993. Elle a enseigné d’abord en Normandie, puis dans le Tarn, où depuis 2005 elle est professeur au Lycée Lapérouse à Albi, tout en se consacrant de plus en plus à l’écriture. Elle est également l’auteur d’un premier roman : Grecques paru aux éditions N 

Editions N&B

Un beau roman écrit dans une langue superbe...
 
“Je viens d’achever la lecture du beau livre d’Antigone Trogadis : L’éternité en moins. Un beau roman, écrit dans une langue superbe, un français qu’on aimerait lire plus souvent et qu’on ne rencontre que rarement… Un roman à la chronologie pas évidente, à la croisée du journal intime, rédigé par Rosa, Italienne ayant fui Rome pour Athènes, et du récit d’un retour au pays du jeune Manos, Ulysse moderne qui retrouve la capitale grecque, après sept ans d’exil à Montréal (où notre auteur est née). Le journal de Rosa est rédigé grâce au je narratif, qui nous rend bien plus proche et plus émouvant le personnage de Rosa, alors que le retour de Manos est lui tenu à distance par un il narratif. Manos n’en est pas moins soigné. On pressent que ces deux personnages finiront par se rencontrer… Ce beau roman est aussi douloureux : il parle de la Grèce de l’avant prise du pouvoir par les Colonels, un certain 21 avril 1967, et de celle qui, sept ans plus tard, voit la chute de cette criminelle junte et l’instauration si longtemps espérée de la démocratie. Moment dans le roman où Manos redécouvre Athènes et trouve une place dans un journal (qui renvoie à un autre journal, celui de Rosa). Ces deux périodes — avant l’arrivée des tortionnaires qui ont éradiqué toute opposition, surtout communiste, puis après leur chute — plongent le lecteur dans un climat très délétère et inquiétant pour avril 67, et une ambiance toute aussi inquiète, légèrement vacillante, en 74, comme un accidenté réapprend à marcher après sept ans, cloué au lit. L’éternité en moins est donc un roman sur fond politique, dans un pays, la Grèce, qu’on dit avoir inventé la démocratie, mais qui n’a guère été démocratique depuis son indépendance, dont on sent, quand elle le devient, que la liberté retrouvée est et reste fragile… Un roman sur fond politique donc, pas pour autant un roman politique, mais plus un roman sur l’âme de deux pays méditerranéens : l’Italie et la Grèce, vouées à la violence, aux spasmes d’une Histoire profondément tragique, hélas recommencée, un roman qui conclut qu’il ne reste pour toutes armes à Rosa que l’écriture de son Journal, Rosa n’ayant plus la force, écrit-elle dans un très pathétique aveu, « de faire rouler à nouveau le rocher qui finira, de toute manière, par retomber (comme celui de Sisyphe)… Mais pour Rosa, contrairement à lui, l’éternité en moins !” – Yves Carchon 

Vous aimerez aussi...