Gardien de camp : tatouages et dessins du goulag – (Dantsig Baldaev) -Traduit du russe par Luba Jurgenson

Traduit du russe par Luba Jurgenson
Publié sous la direction d’Elisabeth Anstett et Luba Jurgenson

Parution du livre en 2013 – La connaissance de l’univers du goulag peut désormais prendre appui sur un document singulier: un album regroupant les dessins du gardien de camp Dantsig Baldaev. Loin de faire l’apologie des camps, cet ouvrage aborde les règles non écrites du goulag. En effet, le facsimilé original est accompagné d’une version traduite en français et de textes explicatifs de spécialistes des camps.

Les 74 pages contenant les dessins que Dantsig Baldaev a effectués lorsqu’il était fonctionnaire de l’administration pénitentiaire soviétique, donnent pour la première fois l’opportunité de disposer d’une mise en image du fonctionnement ordinaire des camps soviétiques, précisément dans leurs aspects les plus terribles et les plus violents. Cet album offre la possibilité d’aborder de front les questions liées à la restitution de la violence du/au Goulag fait de pratiques souvent ordinaires, parfois éphémères, et des discours qui les accompagnent.

Il pose également de façon magistrale la question du témoin.  Quelle est effectivement la légitimité du témoignage dans un contexte particulier où la parole des bourreaux n’a jamais été entendue?

Attention, scènes violentes. A ne pas mettre entre toutes les mains.

Dantsig Baldaev (1925-2005) était un gardien de camp soviétique, officier du ministère de l’Intérieur. Il a dessiné entre 1949 et 1989 l’enfer du goulag et des codes des tatouages. Il est considéré comme un témoin majeur de cette période.

Entretien avec Dantsig Baldaev (extrait) : 

https://editions-syrtes.com/auteurs/dantsig-baldaev/

Les Éditions des Syrtes

Fondées par Serge de Pahlen en 1999, les Éditions des Syrtes sont avant tout des exploratrices de l’infini monde slave, de sa riche littérature et de sa pensée foisonnante.

Tolstoï, Ossorguine, Tsvetaeva, Leskov, Prilepine, Golovkina, Bounine, Zaitsev et Leontiev forment ainsi un axe central autour duquel s’articulent notamment les littératures roumaine, polonaise, bulgare ou hongroise.

Au-delà de la fiction, d’autres ouvrages – parfois à contre-courant de la pensée commune – ont pour but d’ouvrir la discussion sur des sujets souvent sensibles: essais d’histoire ou de géopolitique, sur l’art ou sur la littérature, témoignages et récits uniques. Qu’on partage ou non la pensée de leurs auteurs, tous ont pour vocation d’engager plus loin encore la réflexion sur les phénomènes qui nous entourent.

S’y ajoute la dimension spirituelle de l’orthodoxie que les Éditions des Syrtes se proposent de faire découvrir ou partager au plus grand nombre de lecteurs (Le Grand Carême, La Divine Liturgie de saint Jean Chrysostome).

La collection Syrtes Images réunit enfin les regards que des photographes, des illustrateurs et d’autres artistes ont posés sur le monde.

 


Vous aimerez aussi...