Les Enfants du Paradis – Une superproduction sous l’Occupation

Arletty et Jean-Louis Barrault dans Les Enfants du Paradis, film écrit par Jacques Prévert et réalisé par Marcel Carné. © Getty / Pathé/Roger Forster/Sunset Boulevard/Corbis

Aujourd’hui dans Affaires Sensibles, l’histoire d’un film sorti en 1945, Les Enfants du Paradis, réalisé par Marcel Carné et écrit par Jacques Prévert, devenu un monument du cinéma français. Invitée Carole Aurouet, enseignante et chercheuse à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et spécialiste de Jacques Prévert.

Ce film a  été élu meilleur film de tous les temps par quelques 600 critiques lors du centenaire du cinéma. Une hégémonie qui tient tout à la fois à ses moyens exceptionnels, sa durée, son ampleur, ses acteurs mythiques et l’universalité de son thème amoureux et théâtral. 

Certains parlent aussi d’une forme d’académisme un peu rigide qui le protège du temps… Et il est vrai que l’industrie du cinéma français, ses arts et techniques, son artisanat, atteignaient ici un sommet historique. Même le jeune truc François Truffaut, plutôt critique du cinéma de Carné, s’inclinera à la fin de sa vie : « J’ai fait 23 films, dit-il, mais je les donnerais tous pour avoir fait Les Enfants du Paradis »…

AFFAIRES SENSIBLES du mardi 29 janvier 2019 par Fabrice Drouelle

Pour en savoir plus sur le site de l’émission France culture

« Carole Aurouet a à son actif une cinquantaine d’articles, une soixantaine de conférences en France et à l’étranger et la direction ou co-direction d’une dizaine de publications, dont Pierre-Albert Birot (Europe, 2017) et Les Contes et les Légendes à l’écran (CinémAction, 2005). Elle est l’auteur d’une vingtaine de livres, dont Le Cinéma de Guillaume Apollinaire. Des manuscrits inédits pour un nouvel éclairage (Grenelle, à paraître le 1er novembre 2018), L’Etoile de mer, poème de Robert Desnos tel que l’a vu Man Ray (Gremese, 2018), Prévert & Paris. Promenades buissonnières (Parigramme, 2017), Jacques Prévert. Une vie (Nouvelles éditions Place, 2017), Prévert et le cinéma (Nouvelles éditions Place, 2017), Le Cinéma dessiné de Jacques Prévert (Textuel, 2016), Desnos et le cinéma (Nouvelles éditions Place, 2016), Les Dessins hypnotiques de Robert Desnos (Nouvelles éditions Place, 2015), Le Cinéma des poètes. De la critique au ciné-texte (Le Bord de l’eau, 2014), Les Enfants du paradis : Le Scénario original de Jacques Prévert (Gallimard, 2013), Émile Savitry. Un récit photographique (Gallimard, 2013), L’Amitié selon Prévert (Textuel, 2012, rééd. 2016), Petit Jacques deviendra Prévert (Rue du monde, 2011), Prévert, portrait d’une vie (Ramsay, 2007), Prévert, l’humour de l’art (Naïve, 2007), Les Scénarios détournés de Jacques Prévert (Dreamland, 2003), etc… » …

Pour en savoir plus sur https://criminocorpus.hypotheses.org/63494


Vous aimerez aussi...