La répression des femmes coupables d’avoir collaboré pendant l’Occupation

Le bilan officiel de l’épuration ne mentionne pas la répartition par sexe des condamnations prononcées à la Libération. Pourtant, au 1er janvier 1946, 6091 femmes sont détenues pour fait de collaboration dans les prisons françaises, soit 21% des personnes incarcérées pour ce motif, et 54% de la population carcérale féminine. Ces chiffres nous obligent à penser la collaboration au féminin dans un cadre plus large que celui de la « collaboration de sexe », même si elle fut considérée par certaines cours de justice comme un crime d’intelligence avec l’ennemi. L’histoire de ces femmes ne s’inscrit pas dans une quelconque tentative de réhabilitation, mais bien dans une perspective de visibilité, de lecture et d’analyse de la nature des faits qui leur sont reprochés et des mobiles qui les ont fait agir.

Françoise LECLERC et Michèle WEINDLING

Pour en savoir plus sur https://journals.openedition.org/clio/519

Ressources complémentaires qui se passent … de commentaires


Vous aimerez aussi...