135- Portrait du jour : Véronique Chauvy « des parcours de femmes au cœur de ses histoires romanesques »

Philippe Poisson, gestionnaire du carnet criminocorpus, anime la rubrique « Portrait du jour ».

Le blog Criminocorpus est ouvert à un large public au-delà de la seule communauté des chercheurs. Cette rubrique « Portrait du jour » permet de faire connaître d’autres activités croisant l’histoire de la justice à travers le parcours de personne ayant accepté de présenter leur trajectoire professionnelle. On trouvera donc ici des parcours d’historiens, de romanciers , de sociologues, cinéastes, professionnels de la sécurité, etc. Cette rubrique est animée par Philippe Poisson , membre correspondant du CLAMOR et ancien formateur des personnels à l’ENAP. et l’A.P. La publication du portrait du jour est liée aux bonnes volontés de chacun, nous invitons donc les volontaires à prendre contact avec philippepoisson@hotmail.com – Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus

Marc Renneville, directeur du Clamor et de Criminocorpus.

A propos du site : Criminocorpus propose le premier musée nativement numérique dédié à l’histoire de la justice, des crimes et des peines. Ce musée produit ou accueille des expositions thématiques et des visites de lieux de justice. Ses collections rassemblent une sélection de documents et d’objets constituant des sources particulièrement rares ou peu accessibles pour l’histoire de la justice.

Les repères et les outils proposent des données et des instruments d’exploration complémentaires visant à faciliter les études et les recherches.

Nos autres sites : REVUE et le BLOG D’ACTUALITÉS

Pour son 135ème portrait du jour la rédaction du carnet criminocorpus  reçoit la romancière Véronique Chauvy .

Après des études de droit, un début de carrière dans l’administration scolaire, des engagements associatifs, Véronique Chauvy lance dans l’écriture. Elle choisit l’Auvergne, sa terre d’adoption depuis plus de vingt-cinq ans, pour planter le décor de ses romans où le destin de ses personnages traverse la grande Histoire.

Bienvenue Véronique chez les Aristos de criminocorpus. Ph.P.

________________________________________________________________________________________________________________________________________________________________

 « … De mes études de droit, j’ai gardé le goût de deux matières : l’Histoire du droit et le cours de Libertés publiques.

Quand je me lance dans l’écriture il y a cinq ans, je choisis la IIIème République comme décor de mes romans. Cette république, instaurée réellement par les lois constitutionnelles de 1875, est le socle fondateur de nos grandes libertés (droit de réunion, liberté de la presse, droit syndical…). Mais, par un contraste saisissant, elle est aussi en proie à des crises majeures. Les scandales politico-financiers (trafic des décorations , Panama), judiciaires (l’affaire Dreyfus ), les menaces nationalistes (le Boulangisme ) en sont l’exemple. Moins connue est la gestion de la crise anarchiste , qui verra les pouvoirs publics prendre des mesures jugées liberticides avec des perquisitions, des arrestations et des condamnations arbitraires. C’est dans ce contexte que je mets en scène une jeune artiste peintre dont le frère est attiré par les idées libertaires, et qui sera surveillée par un commissaire de police particulièrement répressif. C’est Le Cri des Hyènes publié en novembre 2015 aux Éditions des Monts d’Auvergne 

Mon second roman, Une promesse bleue horizon , paru en février 2018 aux Éditions De Borée , met en avant le rôle des femmes – les citadines, précisons-le – pendant la Première Guerre mondiale. Nous découvrons le quotidien de ces femmes engagées dans les usines participant à l’effort de guerre. Les ouvrières caoutchoutières, les obusières prennent en charge le travail de leurs collègues masculins partis au front, mais aussi leurs revendications sociales et professionnelles.

Aux douceurs du temps, mon troisième roman à paraître en mars 2019 aux Éditions De Borée, présente le destin d’une femme dans la confiserie auvergnate à la fin du XIXème siècle, un milieu où le savoir-faire de l’ « ouvrier confiseur » était détenu par les hommes. Dans ce roman, j’en profite pour aborder, au travers de la reconstitution d’une grande manifestation qui a eu lieu à Clermont-Ferrand en 1895 (la commémoration du 8ème centenaire de la première Croisade), la genèse de la séparation des Églises et de l’État.

Vous l’aurez compris, j’aime mettre des parcours de femmes au cœur de mes histoires romanesques, dans lesquelles les personnages croisent ceux de la grande Histoire. Une dernière précision : habitant Clermont-Ferrand depuis 25 ans, j’ai choisi ma région d’adoption comme cadre géographique de mes romans ! … »


1 réponse

  1. Chauvy dit :

    Bonjour Véronique,
    Bravo pour ce troisième roman et pour placer les femmes au cœur de l’action romanesque (c’est le père de 4 filles qui parle) , cependant (et tu sais bien que chaque fois que l’on débute un propos par des compliments, arrive tout de suite après un « mais »), cependant donc, autant que les scandales de la III° République, l’opposition obstinée des parlementaires au vote des femmes, lesquelles seront les dernières en Europe à l’obtenir, me parait mériter un coup de projecteur sur les motivations profondes des élus du peuple (peuple masculin exclusivement). Qui plus est, la juriste que tu es n’a pas dû manquer d’observer, que ce droit, accordé en 1944, ne l’est pas à l’évidence parce que les femmes sont des citoyennes à l’égal des hommes, mais constitue une sorte de récompense en regard du bon comportement de la plupart d’entre-elles durant la guerre. Pour faire court, on a récompensé celles qui n’ont pas pratiqué la collaboration horizontale. Cela mériterait un autre ouvrage, non ?
    Affectueusement.