‘Running Riot’: Violence and British Punk Communities, 1975-1984 – Andrew H. Carroll

Abstract: Roused by their experience at the Notting Hill Carnival of 1976, the Clash penned their first single “White Riot” and at an early stage helped to establish the burgeoning punk community’s obsession with violence. In the context of the social and economic crises of the late 1970s and early 1980s, street level disorders and attacks were common place. However, punk’s use of aggression was more than a simple embrace of violence’s banality during the period. It constituted a response to postwar British discourse about youth and the stark rise in divorce rates. Punks used violence to react against cultural isolation and to find individual, masculine empowerment as part of a subcultural community.

Lire l’article de Andrew H. Carroll.

Cet article est publié dans le dossier “Rock et Violence” de la revue Criminocorpus.

Il a été traduit en français par Lucie Garnier :
« Running Riot » : la violence et les communautés punks au Royaume-Uni, 1975-1984

Résumé : Fort de leur expérience au carnaval de Notting Hill en 1976, The Clash enregistre son premier single « White Riot » et contribue très tôt à établir l’obsession d’une communauté punk en plein essor pour la violence : dans le contexte des crises sociales et économiques de la fin des années 1970 et du début des années 1980, les troubles et attaques de rue sont monnaie courante. Cependant, l’agressivité véhiculée par le punk était plus qu’un simple constat de la banalité de la violence pendant cette période. Elle constituait une réponse au discours britannique d’après-guerre sur la jeunesse et à la hausse marquée des divorces. Les punks ont utilisé la violence pour réagir contre l’isolement culturel et pour trouver des formes d’autonomisation individuelle et masculine au sein d’une communauté culturelle encore marginale.


Vous aimerez aussi...