Jair Bolsonaro, lecture historique d’une élection (Anaïs Fléchet)

Jair Bolsonaro pointant du doigt la photo du général Médici qui a gouverné le Brésil de 1969 à 1974 pendant la dictature. Domaine Public.

Anaïs Fléchet décrypte l’arrivée au pouvoir du nouveau président du Brésil. Un mandat qu’il place délibérément sous le signe de l’Évangile et de la dictature militaire qui dirigea le pays de 1964 à 1985.

« Le Brésil au-dessus de tout. » C’est par ce slogan, popularisé par les plus extrémistes des officiers durant la dictature militaire (1964-1985), que Jair Bolsonaro a conclu son discours d’investiture à la présidence de la République du Brésil le 1er janvier 2019. Exaltation de la patrie, défense de la religion et des valeurs traditionnelles, lutte contre le « socialisme », sont au cœur de son programme et des attentes d’une partie des électeurs brésiliens. Comment expliquer ce retour de l’extrême droite, grande absente du jeu politique depuis la seconde moitié des années 1980 ?

La vague réactionnaire que connaît aujourd’hui le Brésil contraste avec l’enthousiasme suscité par l’élection de Luiz Inácio Lula da Silva (2003- 2011), dont les deux mandats, portés par une forte croissance économique, ont permis l’adoption ou l’approfondissement de programmes redistributifs (le plus emblématique, Bolsa família, a sorti près de 40 millions de Brésiliens de la pauvreté) et l’affirmation du pays sur la scène internationale. L’usure du pouvoir, confronté aux scandales de corruption, la moindre envergure politique de la présidente Dilma Rousseff, qui succède à Lula en 2011, et le retournement de la conjoncture économique internationale ont alimenté un profond rejet du Parti des travailleurs (PT) dont Bolsonaro a su profiter.

Pour en savoir plus lire le billet publié par Anaïs Fléchet, maîtresse de conférences à l’université Versailles- Saint-Quentin-en-Yvelines sur le site de l’Histoire.


Vous aimerez aussi...