Biribi, les bagnes coloniaux de l’armée française (D. Kalifa)

Biribi, c’est le nom donné à la fin du XIXe siècle aux nombreux bagnes militaires que l’armée française installa en Afrique du Nord pour se débarrasser de ses ” mauvais sujets ” : on y envoyait les fortes têtes, les indisciplinés, les condamnés des conseils de guerre, les jeunes qui sortaient de prison, mais aussi parfois les opposants politiques, les homosexuels ou les faibles d’esprit.

Ce livre retrace, pour la première fois, l’histoire tragique de ces ” corps spéciaux ” : compagnies disciplinaires, bataillons d’Afrique ou ateliers de travaux publics. Il décrit le sort terrible réservé aux milliers d’hommes qui y furent envoyés, les brimades, les sévices, parfois les tortures infligées par des sous-officiers indignes, le travail harassant sous un soleil de plomb, la violence des relations entre hommes dans ce qui était considéré comme les bas-fonds de l’armée.

Mais il montre aussi comment le courage de quelques-uns, condamnés, médecins, militants ou journalistes comme Albert Londres, contribua à faire peu à peu prendre conscience au pays de l’horreur quotidienne vécue dans ces camps disciplinaires.

Les derniers ” corps spéciaux ” de l’armée française furent supprimés au début des années 1970.

Table des matières

Introduction……………………………………………………………………………….. 9

Première partie

« Dante n’avait rien vu »

Chapitre premier : Tortures en Algérie……………………………………………………..21

Premières critiques, p. 22 – Biribi, discipline militaire, p. 26 – A bas Biribi !, p. 29 – L’offensive Jacques Dhur, p. 34 – L’affaire Dreyfus des ouvriers, p. 39 – « La plume dans la plaie », p. 49.

Chapitre ii : Les mystères de la pègre militaire….………….……………………………….. 57

Le temps des Zéphyrs, p. 58 – La pègre et les bas-fonds, p. 63 – « Fantastique social », p. 73.

Deuxième partie

L’Archipel punitif de l’armée française

Chapitre iii : Le bon grain et l’ivraie …………………………………………… ………… 85

La création des compagnies de discipline, p. 86 – Les bataillons d’Afrique, corps « d’épreuve », p. 93 – Prisons, pénitenciers et ateliers militaires, p. 97 – Les disciplinaires coloniaux, p. 100 – Les corps spéciaux de la République, p. 104.

Chapitre iv : « A Biribi, c’est en Afrique » ………………………………………………..113

L’Afrique, terre de bagne, p. 114 – Travail et mise en valeur coloniale, p. 1124 – L’Afrique des supplices ?, p. 130.

Chapitre v : Réformer les « corps spéciaux » ……………………………………………. 143

La commission Olivier et les réformes André, p. 145 – Sections spéciales, p. 150 – Retour de bâton, p. 155 – Disciplinaires dans la Grande Guerre, p. 158 – « Biribi est supprimé ! », p. 163 – L’interminable agonie, p. 171.

Chapitre vi : Les hommes de Biribi………………………………………………………..176

Une immense armée de punis, p. 176 – Entrer à Biribi…, p. 181 – Et en sortir, p. 193 – Fortes têtes, miséreux et pas-de-chance, p. 197.

Troisième partie

Corps en souffrance

Chapitre vii : « Le bataillon de la douleur » …..………………………………………………209

Violences et humiliations, p. 210 – Corps malades, corps mutilés, p. 218 – « La haine de races », p. 224 – La souffrance et la haine, p. 227 – Tenir tête, p. 231

Chapitre viii : Scènes de genre au gourbi………………………………….………………….242

Hommes et femmes, p. 244 – Entre hommes, p. 248 – Sexe, pouvoir et dépendances, p. 255.

Chapitre ix : « Le résidu des hommes tarés ?…..…………….……………………………….264

Les bas-fonds du régiment, p. 265 – Dégénérés et demi-fous, p. 271 – « La fermer… la fermer jusqu’à la gauche ! », p. 278.

Conclusion……………………………………………285

Notes…………………………………….291

Sources et Bibliographie………………321

Index general…………………………335

Remerciements…………………………341

Dominique Kalifa, professeur à la Sorbonne, est l’auteur d’une dizaine de livres consacrés à l’histoire du crime, de la police et de la culture de masse en France. Il enseigne également à Sciences-Po. Il est membre du comité scientifique de Criminocorpus.

Voir également, sur le thème des bagnes coloniaux, le dossier en ligne sur Criminocorpus.


Vous aimerez aussi...

4 réponses

  1. cassarini dit :

    s’il vous plait où peut on se procurer ce livre? Je précise au professeur Khalifa
    qu’il existait en 1965 en Algérie (Colomb béchar) des CILA (cie d’infanterie légères
    d’Afrique) où étaient envoyés des délinquants ou d’autres “réfractaires”.
    Ces unités ont du être supprimées vers 1968.

    • On peut trouver l’ouvrage de D. Kalifa en librairie ou sur commande, ainsi que sur le web (FNAC, Amazon, Alapage etc.

    • pieretche dit :

      la derniére C.I.L.A. basée a Obock territoire français des Afars et des Issas actuellement République de Djibouti a été fermée entre 1972 et 1975 moi j’en suis sortis en 1970, MERCI a tous ces FUMIERS d’encadrement pour la haine et la violence
      qu’ils m’ont inculqué

  2. Stephane Cuny dit :

    J’ai lu cet ouvrage qui m’a brusquement projeté dans un autre monde dans lequel l’homme est un loup pour son semblable et où les pires sévices sont vécus par des victimes, nées pour le devenir et le rester jusqu’à leur mort. L’armée Française de cette époque avait les mains bien sales.
    Ces hommes n’avaient qu’un seul plaisir : celui de se tatouer avec de la salive et du charbon…