Le STO : Quand des milliers de jeunes Français ont refusé d’aller travailler en Allemagne

La garde d’honneur des Chantiers de la jeunesse, organisation paramilitaire de l’État français, L’Écho d’Alger, 1941 – source : RetroNews-BnF

Le 16 février 1943, le régime nazi impose à Vichy le transfert de tous les Français de 21 à 23 ans vers l’Allemagne, dans le cadre du Service du Travail Obligatoire. Les récalcitrants s’avèrent, sans surprise, nombreux.

Dès le début de l’Occupation de la France, l’Allemagne met en place une exploitation organisée de l’économie française. Après les prélèvements financiers, agricoles et industriels, le Reich se tourne vers la main-d’œuvre française en vue de remplacer les ouvriers allemands envoyés au front.

Dans un premier temps, la population française est fortement incitée, par une importante campagne de propagande, à partir travailler volontairement dans l’agriculture et l’industrie allemande en échange d’une généreuse rémunération. Et si plus de 240 000 Français, parmi lesquels 70 000 femmes, se laissent séduire par cette proposition, ce nombre demeure toujours insuffisant pour pallier la pénurie de main-d’œuvre causée par la mobilisation et les importantes pertes humaines en Allemagne…

Le 07/02/2019 par Priscille Lamure. 

Pour en savoir plus sur le site de Retronews


Vous aimerez aussi...