Les experts à l’ancienne

Une émission spéciale de l’heure du crime ce soir, consacrée aux « pères-fondateurs » de la police scientifique. 

On croyait tout savoir d’Alphonse Bertillon, l’inventeur de l’anthropométrie, ou du professeur Edmond Locard, créateur du premier laboratoire de police scientifique au monde, ou encore d’Alexandre Lacassagne, qui fit de la médecine-légale le partenaire incontournable des enquêtes criminelles modernes.

Mon invité, Philippe Marion,  nous raconte ce soir des histoires à la sherlock-Holmes, qui montrent comment les ancêtres des experts utilisaient une science encore toute jeune, pour résoudre les énigmes criminelles les plus improbables : Le mystère de la première « malle-sanglante » de l’histoire du crime, résolue par Lacassagne, l’assassin confondu par Locard, qui a su trouver d’infimes traces de fond de teint sous ses ongles, alors qu’il pensait avoir réussi le crime parfait ! Le tueur confondu pour la première fois en France grâce à ses empreintes digitales, et même le singe dressé par un voyou pour cambrioler les bourgeois, et qui finira derrière les barreaux… du zoo de Lyon…

Invité de l’émission RTL l’Heure du crime de Jacques Pradel du 12 février 2019  : Philippe Marion, Docteur en sciences, Ingénieur en chef de police technique et scientifique, il est depuis 21 ans, le chef de la section Physique-Chimie du laboratoire de Lille à l’Institut National de Police Scientifique. Il sort un livre : Petite histoire de la police technique et scientifique.

Pour en savoir plus sur le site de l’émission Rtl

« … J’ai donc écumé les bibliothèques et les sites internet à la recherche d’informations. C’est ainsi que j’ai découvert les fabuleuses bibliothèques de Criminocorpus et de Gallica. J’y ai trouvé des histoires criminelles formidables sur le plan criminalistique. Au début, elles devaient illustrer une présentation que je voulais grand public. J’avoue avoir toujours eu envie d’enseigner, c’est pour cela que depuis quatre ans je donne des cours aux étudiants de licence professionnelle à l’Université Polytechnique des Hauts de France, à Maubeuge … »

Après Richard Marlet, ancien patron de l’Identité Judiciaire au 36 quai des Orfèvres la rédaction du carnet criminocorpus  reçoit aujourd’hui pour son 139ème Portrait du jour – Criminocorpus Philippe Marion, chef de la section physique-chimie du laboratoire de Lille à l’Institut National de Police Scientifique, et, auteur de  Petites histoires de la police technique et scientifique : Aux origine des experts

Merci Philippe de votre contribution pour les lecteurs du carnet.

Bienvenue sur le site des Aristos du crime. Ph.P.

______________________________________________________________________________________

« Je suis né en 1964 à Caen en Normandie. Après un doctorat en chimie j’ai ensuite travaillé dans un laboratoire d’analyses chimiques à Rouen. C’est un peu par hasard, car à l’époque la folie des « experts » n’existait pas, que j’ai passé le concours d’ingénieur des laboratoires de police scientifique. J’ai trouvé que c’était un bon moyen de concilier mes deux passions, le polar et la science.

En effet, je suis un grand amateur de littérature policière. J’ai commencé jeune avec Agatha Christie comme beaucoup et découvert la face plus sombre du genre avec James Ellroy. Depuis, je ne passe pas une journée sans lire du polar.

En 1996, je suis nommé au laboratoire de police scientifique de Lille dans la section physique-chimie, dont je suis devenu le chef en 1997. Cela fait donc maintenant 23 ans que je travaille dans ce qui est devenu, en 2004, l’Institut National de Police Scientifique. La section physique-chimie réalise les analyses de peintures, de fibres, de produits inconnus. C’est l’héritière directe des travaux d’Edmond Locard , directeur du premier laboratoire de police scientifique français situé à Lyon.

C’est en réalisant des présentations sur l’activité des laboratoires de police scientifique pour des lycéens ou des étudiants que je me suis intéressé aux pionniers de la criminalistique que sont Alphonse Bertillon , Alexandre Lacassagne et Edmond Locard.

Cela m’a permis de découvrir avec un peu de honte que nous méconnaissions la genèse de la police scientifique. Surtout qu’à cette époque, la fin du XIXe siècle, les Français y tenaient un rôle de premier plan.

J’ai donc écumé les bibliothèques et les sites internet à la recherche d’informations. C’est ainsi que j’ai découvert les fabuleuses bibliothèques de Criminocorpus et de Gallica. J’y ai trouvé des histoires criminelles formidables sur le plan criminalistique. Au début, elles devaient illustrer une présentation que je voulais grand public. J’avoue avoir toujours eu envie d’enseigner, c’est pour cela que depuis quatre ans je donne des cours aux étudiants de licence professionnelle à l’Université Polytechnique des Hauts de France, à Maubeuge.

Puis l’idée d’écrire un livre s’est imposée. J’ai eu envie de faire partager plus largement mes découvertes et faire connaître mes illustres prédécesseurs. Encore un moyen de concilier crimes et science.

C’est ainsi que pendant environ un an et demi j’ai travaillé sur ce livre « Petites histoires de la police technique et scientifique : Aux origine des experts ». Un petit hommage à ces pionniers de la criminalistique que l’on a pour la plupart oubliés. Et pourtant, il fut une époque ou l’on disait par exemple qu’il y avait deux grands scientifiques en France, Louis Pasteur  et Alphonse Bertillon. Le premier est connu de tous aujourd’hui alors que le second est presque totalement inconnu, bien qu’il ne se passe une journée sans que l’on parle d’un crime résolu par la science.

A la fin de l’année 2018, le fruit de mes travaux est paru aux éditions BoD BoD. J’ai voulu faire un livre facile à lire, mêlant littérature, affaires criminelles et science. Ou l’on s’aperçoit que les histoires de ces experts français n’ont rien à envier à celles de leurs homologues d’outre-Atlantique.

J’espère que vous les aimerez aussi. »


Vous aimerez aussi...